L'urgence climatique domine cette année à Davos, est-ce un signal encourageant?

Jennifer Morgan: "C'est essentiel de concentrer l'attention sur le climat (...) mais je ne pense pas que les actes sont pour l'heure à la hauteur des discours prononcés. On entend beaucoup de gens parler du climat, les jeunes (militants) sont invités dans les panels, mais on ne voit toujours pas les engagements qu'il faudrait, par exemple que les banques excluent effectivement les énergies fossiles de leurs financements et que les autres groupes agissent pour décarboner rapidement leurs chaînes de production.

(Quant au discours du président américain Donald Trump mardi, vantant ses performances économiques sans mentionner le climat), il est évident qu'il n'est pas conscient ou qu'il n'accepte pas les connaissances scientifiques, parce que le monde qu'il décrit n'existe pas, et on ne fait pas d'argent sur une planète morte."

Le gestionnaire d'actifs BlackRock a annoncé cesser d'investir dans les sociétés tirant 25% de leurs revenus du charbon. N'y a-t-il pas une mobilisation accrue du secteur financier?

"Je prendrais ça avec des pincettes. Greenpeace a justement publié (mardi) un rapport sur le secteur financier, montrant que depuis l'accord de Paris (sur le climat en 2015), 24 des grandes banques venues depuis à Davos ont au total investi 1.400 milliards de dollars dans les carburants fossiles. Elles disent respecter l'accord de Paris mais continuent de déverser leur argent dans la mauvaise direction. Une fois encore, beaucoup de discours, mais on attend encore les propositions pour réguler le secteur financier. (...) Tant que je ne verrai pas la teneur des engagements (de ces banques), je ne les prendrai pas au sérieux.

"Cela vaut même pour BlackRock: ils annoncent qu'ils vont cesser leurs financements pour le charbon thermique. Mais ils ne disent pas quand (l'exclusion sera totale), et ils n'ont pas exclu les autres énergies fossiles. Certes, ce sont des petits pas -- mais la prochaine décennie sera absolument cruciale et ces banques doivent contribuer à la solution. Car pour l'heure, ils sont aussi responsables (du réchauffement climatique) que le secteur des industries fossiles.

N'est-ce pas une contradiction que de voir le WEF évoquer l'"apocalypse climatique" tout en occasionnant des ballets de jets privés? Quel est l'intérêt pour les ONG telles que Greenpeace de venir à Davos?

"C'est certainement contradictoire quand les gens s'y rendent en jet privé, c'est clairement un énorme problème. Mais le Forum a de bien plus sérieux soucis de crédibilité que les émissions de CO2 qu'il génère: soit le WEF s'efforce de promouvoir de réels changements (...) en s'attaquant sérieusement au climat, soit il survit comme une relique du passé. Ses tentatives pour vanter +un capitalisme des parties prenantes+ (en associant entreprises et société civile, NDLR), par exemple, me semblent une sorte de distraction.

"Avec Greenpeace International, nous avons décidé de venir à Davos, et dans chaque conversation que j'ai ici, je m'efforce de faire éclater les vérités (sur le climat) devant les puissants, de confronter aux faits des gens qui n'y sont pas habitués au quotidien. C'est inconfortable: c'est comme une zone de guerre environnementale, ou une scène de crime où vous auriez tous les criminels devant vous. Mais ce sont justement les cibles, les gens qui doivent changer. La majorité (des militants) doivent maintenir la pression de l'extérieur, mais confronter les gens face à face peut faire la différence. Quant à savoir si je quitterai Davos à la fin de la semaine plus déprimée encore, ou au contraire rassérénée, cela reste à voir".

L'urgence climatique domine cette année à Davos, est-ce un signal encourageant?Jennifer Morgan: "C'est essentiel de concentrer l'attention sur le climat (...) mais je ne pense pas que les actes sont pour l'heure à la hauteur des discours prononcés. On entend beaucoup de gens parler du climat, les jeunes (militants) sont invités dans les panels, mais on ne voit toujours pas les engagements qu'il faudrait, par exemple que les banques excluent effectivement les énergies fossiles de leurs financements et que les autres groupes agissent pour décarboner rapidement leurs chaînes de production.(Quant au discours du président américain Donald Trump mardi, vantant ses performances économiques sans mentionner le climat), il est évident qu'il n'est pas conscient ou qu'il n'accepte pas les connaissances scientifiques, parce que le monde qu'il décrit n'existe pas, et on ne fait pas d'argent sur une planète morte."Le gestionnaire d'actifs BlackRock a annoncé cesser d'investir dans les sociétés tirant 25% de leurs revenus du charbon. N'y a-t-il pas une mobilisation accrue du secteur financier?"Je prendrais ça avec des pincettes. Greenpeace a justement publié (mardi) un rapport sur le secteur financier, montrant que depuis l'accord de Paris (sur le climat en 2015), 24 des grandes banques venues depuis à Davos ont au total investi 1.400 milliards de dollars dans les carburants fossiles. Elles disent respecter l'accord de Paris mais continuent de déverser leur argent dans la mauvaise direction. Une fois encore, beaucoup de discours, mais on attend encore les propositions pour réguler le secteur financier. (...) Tant que je ne verrai pas la teneur des engagements (de ces banques), je ne les prendrai pas au sérieux."Cela vaut même pour BlackRock: ils annoncent qu'ils vont cesser leurs financements pour le charbon thermique. Mais ils ne disent pas quand (l'exclusion sera totale), et ils n'ont pas exclu les autres énergies fossiles. Certes, ce sont des petits pas -- mais la prochaine décennie sera absolument cruciale et ces banques doivent contribuer à la solution. Car pour l'heure, ils sont aussi responsables (du réchauffement climatique) que le secteur des industries fossiles.N'est-ce pas une contradiction que de voir le WEF évoquer l'"apocalypse climatique" tout en occasionnant des ballets de jets privés? Quel est l'intérêt pour les ONG telles que Greenpeace de venir à Davos?"C'est certainement contradictoire quand les gens s'y rendent en jet privé, c'est clairement un énorme problème. Mais le Forum a de bien plus sérieux soucis de crédibilité que les émissions de CO2 qu'il génère: soit le WEF s'efforce de promouvoir de réels changements (...) en s'attaquant sérieusement au climat, soit il survit comme une relique du passé. Ses tentatives pour vanter +un capitalisme des parties prenantes+ (en associant entreprises et société civile, NDLR), par exemple, me semblent une sorte de distraction."Avec Greenpeace International, nous avons décidé de venir à Davos, et dans chaque conversation que j'ai ici, je m'efforce de faire éclater les vérités (sur le climat) devant les puissants, de confronter aux faits des gens qui n'y sont pas habitués au quotidien. C'est inconfortable: c'est comme une zone de guerre environnementale, ou une scène de crime où vous auriez tous les criminels devant vous. Mais ce sont justement les cibles, les gens qui doivent changer. La majorité (des militants) doivent maintenir la pression de l'extérieur, mais confronter les gens face à face peut faire la différence. Quant à savoir si je quitterai Davos à la fin de la semaine plus déprimée encore, ou au contraire rassérénée, cela reste à voir".