"L'assainissement budgétaire n'indiquera pas que l'on dise 'non' à tout ou que l'on coupe partout", a précisé Herman Van Rompuy qui avait été invité à s'exprimer sur la question "Comment l'Europe sort de la crise ?". A ses yeux, il faut fixer un certain nombre de priorités.

Pour lui, il faut mettre les bouchées doubles pour éviter d'entrer dans une phase de récession. C'est pour cette raison, a-t-il dit, qu'il a convoqué un Conseil européen consacré à la fin du mois à la croissance économique et à l'emploi.

A ce sujet, Herman Van Rompuy a estimé qu'il fallait veiller à ce que les investissements dans le capital humain et dans l'environnement soient préservés le plus possible dans le cadre des mesures de consolidation budgétaire.

Il importe, d'après lui, de travailler à une politique d'emploi, surtout pour les jeunes. L'Europe demandera à chaque État-membre d'établir un "plan pour l'emploi" et de prendre des engagements que l'on pourra évaluer.

Le président du Conseil a par ailleurs souligné que l'Europe devait continuer à investir dans la haute technologie (TIC, informatique et recherche), car elle continue d'afficher un retard de productivité par rapport aux Etats-Unis. Elle doit aussi davantage libéraliser le marché intérieur et encourager la mobilité des activités et de l'emploi entre les Etats, a-t-il encore dit.

Herman Van Rompuy s'est dit convaincu que l'Europe pourra venir à bout de la crise, qui est avant tout liée à une perte de confiance dans la stabilité financière de l'euro-zone.

Trends.be, avec Belga

"L'assainissement budgétaire n'indiquera pas que l'on dise 'non' à tout ou que l'on coupe partout", a précisé Herman Van Rompuy qui avait été invité à s'exprimer sur la question "Comment l'Europe sort de la crise ?". A ses yeux, il faut fixer un certain nombre de priorités. Pour lui, il faut mettre les bouchées doubles pour éviter d'entrer dans une phase de récession. C'est pour cette raison, a-t-il dit, qu'il a convoqué un Conseil européen consacré à la fin du mois à la croissance économique et à l'emploi. A ce sujet, Herman Van Rompuy a estimé qu'il fallait veiller à ce que les investissements dans le capital humain et dans l'environnement soient préservés le plus possible dans le cadre des mesures de consolidation budgétaire. Il importe, d'après lui, de travailler à une politique d'emploi, surtout pour les jeunes. L'Europe demandera à chaque État-membre d'établir un "plan pour l'emploi" et de prendre des engagements que l'on pourra évaluer. Le président du Conseil a par ailleurs souligné que l'Europe devait continuer à investir dans la haute technologie (TIC, informatique et recherche), car elle continue d'afficher un retard de productivité par rapport aux Etats-Unis. Elle doit aussi davantage libéraliser le marché intérieur et encourager la mobilité des activités et de l'emploi entre les Etats, a-t-il encore dit. Herman Van Rompuy s'est dit convaincu que l'Europe pourra venir à bout de la crise, qui est avant tout liée à une perte de confiance dans la stabilité financière de l'euro-zone. Trends.be, avec Belga