La Belgique réalise un score intéressant concernant le commerce international (11e place) mais enregistre une forte baisse de son score en matière d'investissements internationaux, une perte de 6 places, de la 5e à la 11e position. Notre pays obtient en outre de mauvaises scores pour l'emploi (43e), les finances publiques (53e) et la politique fiscale (59e).

Par ailleurs, les États-Unis ont repris la 1ère place en 2013, grâce au rebond du secteur financier, à l'abondance de l'innovation technologique et à des sociétés fructueuses. La Chine (21) et le Japon (24) améliorent également leur compétitivité.

En Europe, les nations les plus compétitives comprennent la Suisse (2), la Suède (4) et l'Allemagne (9), dont la réussite se base sur la fabrication à des fins d'exportation, la diversification des économies, les petites et moyennes entreprises (PME) robustes et la discipline fiscale. Le reste de l'Europe est lourdement entravé par les programmes d'austérité qui retardent le redressement et remettent en question le caractère opportun des mesures proposées.

Les économies BRICS ont évolué de manière contrastée. La Chine (21) et la Russie (42) se sont élevées dans les classements, tandis que l'Inde (40), le Brésil (51) et l'Afrique du Sud (53) ont tous chuté. Dans l'ensemble, les économies émergentes dépendent grandement de la reprise économique mondiale, qui semble être retardée.

La Belgique réalise un score intéressant concernant le commerce international (11e place) mais enregistre une forte baisse de son score en matière d'investissements internationaux, une perte de 6 places, de la 5e à la 11e position. Notre pays obtient en outre de mauvaises scores pour l'emploi (43e), les finances publiques (53e) et la politique fiscale (59e). Par ailleurs, les États-Unis ont repris la 1ère place en 2013, grâce au rebond du secteur financier, à l'abondance de l'innovation technologique et à des sociétés fructueuses. La Chine (21) et le Japon (24) améliorent également leur compétitivité. En Europe, les nations les plus compétitives comprennent la Suisse (2), la Suède (4) et l'Allemagne (9), dont la réussite se base sur la fabrication à des fins d'exportation, la diversification des économies, les petites et moyennes entreprises (PME) robustes et la discipline fiscale. Le reste de l'Europe est lourdement entravé par les programmes d'austérité qui retardent le redressement et remettent en question le caractère opportun des mesures proposées. Les économies BRICS ont évolué de manière contrastée. La Chine (21) et la Russie (42) se sont élevées dans les classements, tandis que l'Inde (40), le Brésil (51) et l'Afrique du Sud (53) ont tous chuté. Dans l'ensemble, les économies émergentes dépendent grandement de la reprise économique mondiale, qui semble être retardée.