Washington et Pékin s'imposent des droits de douane punitifs sur plus de 360 milliards de dollars d'échanges annuels. Et les deux premières puissances économiques mondiales semblent encore loin de résoudre leurs différends commerciaux, qui pèsent sur les marchés mondiaux et les relations bilatérales.

Quelles sont les dernières avancées et à quoi faut-il désormais s'attendre?

- Que s'est-il passé à Shanghai? -

Les pourparlers dans la capitale économique chinoise étaient les premières négociations en face-à-face depuis que les présidents Donald Trump et Xi Jinping sont convenus d'une trêve en juin.

Les discussions avaient été interrompues brutalement en mai, lorsque M. Trump avait accusé Pékin d'avoir fait volte-face sur ses engagements.

Personne n'attendait grand-chose des négociations de Shanghai cette semaine. Si celles-ci ont été brèves, elles sont cependant restées cordiales -- à peine perturbées par une série de tweets enflammés de Donald Trump fustigeant un manque de volonté chinoise de signer un accord commercial.

Chinois comme Américains ont salué des discussions "constructives". Si aucune avancée d'ampleur n'a été enregistrée, la Chine a affirmé jeudi avoir acheté ces dernières semaines davantage de produits agricoles made in USA, un signe de bonne volonté.

Les négociateurs sont convenus de se revoir aux Etats-Unis en septembre.

- Pourquoi cette guerre commerciale? -

Donald Trump veut forcer Pékin à des changements profonds dans sa politique commerciale, le locataire de la Maison Blanche accusant la Chine d'escroquer les Etats-Unis depuis des décennies.

Parmi ses exigences: un meilleur accès au marché chinois pour les entreprises américaines, l'assouplissement du contrôle de l'Etat sur l'économie, ou encore l'interdiction des transferts de technologie imposés aux compagnies étrangères et du "vol" de la propriété intellectuelle américaine.

Les deux pays semblaient proches d'un accord juste avant l'arrêt des négociations en mai. Mais la guerre commerciale a depuis évolué en un conflit plus global.

"Les États-Unis et la Chine ne se livrent pas seulement une guerre commerciale ou technologique", note Larry Ong, analyste pour le cabinet SinoInsider.

"L'affrontement en préparation porte sur l'idéologie, les systèmes de valeurs et la morale."

- Pourquoi le conflit traîne? -

Les deux présidents ont chacun des raisons de camper sur leurs positions.

Pour Xi Jinping, maintenir la croissance du PIB à un niveau raisonnable est essentiel à la légitimité du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir. Or un accord avec Washington, inévitablement assorti de concessions, pourrait freiner l'économie.

Quant à Donald Trump, il veut obtenir le meilleur accord possible, afin de pouvoir s'en enorgueillir auprès des Américains alors que la présidentielle de 2020 approche. Et pour obtenir davantage, il faut négocier davantage et plus longtemps.

"La Chine est très heureuse de ralentir les négociations jusqu'en 2020, ce qui augmente la pression sur le président Trump", estime Stephen Kirchner, directeur de programme au Centre d'études sur les Etats-Unis à l'université de Sydney.

- Une solution est-elle en vue? -

Pas vraiment. La reprise des pourparlers est considérée comme positive, tout comme l'intention affichée par Pékin d'importer davantage de produits agricoles américains. Mais une solution à long terme semble pour l'instant hors de portée.

M. Kirchner prédit l'échec des pourparlers et l'évolution vers "un monde où les barrières commerciales entre la Chine et les États-Unis resteraient constamment plus élevées".

Mais la pression économique et les droits de douane pourraient pousser Chinois et Américains à trouver un compromis, juge au contraire Adam Ni, chercheur sur la Chine à l'université Macquarie de Sydney.

"La guerre commerciale devrait se poursuivre, dans le cadre d'une confrontation plus large entre les États-Unis et la Chine, jusqu'à ce que le coût pour les deux parties (...) les force à signer un accord."