Les Etats-Unis sont un pays complexe. Prenez le Texas, l'Etat qui exporte le plus de pétrole et de gaz de schiste. C'est au Texas en effet que se situe la plus grande partie du "bassin permien", le gigantesque champ de pétrole de schiste qui produit aujourd'hui 4 millions de barils par jour, une production qui dépasse celle de l'ensemble des pays de l'OPEP (si l'on retire l'Arabie saoudite et l'Iran) et qui continue d'augmenter.

Mais le Texas, c'est aussi un des Etats les plus verts en terme de production pour sa consommation propre et avec des municipalités qui se verdissent, tel la capitale administrative Austin dont désormais 56% de la production d'électricité provient d'énergies renouvelables (surtout éolienne et solaire) et qui devrait atteindre les 100% en 2035.

Et plus encore, c'est un des Etats où émergent des promotions immobilières qui paraissent, en termes d'économie d'énergie et de durabilité, à la pointe de ce qui se fait dans le monde.

Une ville verte de 2 milliards de dollars

Prenez la Whisper Valley, à une trentaine de kilomètres du centre d'Austin. Ce projet de 2 milliards de dollars devrait, à terme, compter 7.500 maisons, plus des écoles, un centre commercial, une caserne de pompier, un vaste parc et ... une ferme.

Ce développement devrait s'étaler sur 52 phases et n'en est qu'à sa deuxième. Mais les citadins texans se sont rués sur ces maisons équipées chacune d'un équipement géothermique et de panneaux solaires qui les rendent neutre en émission carbone. Ajouté à cela que la zone est équipée d'un réseau de fibre optique Google pour bénéficier de l'internet à haut débit. Et ajoutez aussi que ces habitations individuelles, d'une surface de 100 à 300 mètres carrés, s'achètent entre 200 et 400.000 dollars, ce qui est grosso modo 60% du prix que vous devriez payer pour un logement similaire au centre d'Austin.

Le projet est porté par Taurus Investment Holding, dont les fondateurs, Gunther et Lorenz Reibling, sont deux frères ayant réussi dans la promotion immobilière en Allemagne en revendant notamment le village olympique de Munich, en 1972. Ils ont fondé Taurus aux Etats-Unis en 1976. Le groupe a, au cours des quarante dernières années, réalisé de multiples projets en Asie, en Europe et aux États-Unis. Et possède un portefeuille d'actifs immobiliers d'environ 2 milliards de dollars.

C'est aussi une filiale de Taurus, EcoSmart Solution, qui est le fournisseur de tous ces équipements "verts" des maisons de Whisper Valley. Une filiale très prometteuse, au point qu'en avril dernier, le groupe pétrolier Shell est entré au capital, via sa filiale Shell New Energies, afin d'avoir la capacité financière pour étendre à tout le pays, et au-delà, cette offre de services.

Le rêve des mineurs de bitcoin

Ce qui attire les acquéreurs dans ce coin de la campagne texane ? Un mélange d'écologie et de haute technologie. Les habitants sont incités à cultiver leurs propres potagers, et une association les aide à le faire. Mais les équipements technologiques et le faible prix de l'énergie sont aussi un atout. "Un de nos voisins est "mineur" de bitcoins, explique David Currie, concierge associé du domaine. Lorsqu'il habitait au centre d'Austin, sa facture d'électricité était de 800 dollars par mois poursuit-il. Elle est tombée à 250 dollars en déménageant ici". Une facture très allégée donc, ce que confirme un jeune professeur qui s'est installé depuis deux ans dans le quartier : "en ville, votre facture d'électricité est d'environ 60 dollars par mois. Ici, c'est plutôt deux ou trois dollars...". Mais il y a davantage que l'aspect purement pécuniaire. "Nous formons une réelle communauté de personnes qui partagent les mêmes valeurs, ajoute-t-il". Cet aspect communautaire attire des personnes de tous les horizons et de tous les âges. "Au départ, nous pensions que Whisper Valley était un projet qui allait surtout parler aux primo-accédants et aux jeunes familles, dit David Curie. Mais il séduit aussi beaucoup de "55+", qui sont attirés par le confort qu'apportent ces équipements, et par l'aspect communautaire."

Demain

LNG, le gaz de la liberté ?