Le coût des catastrophes d'origine humaine ou naturelle a été multiplié par trois en 2010, notamment en raison de nombreux séismes, qui risquent également d'alourdir la facture en 2011, a annoncé mardi le réassureur helvétique Swiss Re.

Le total des dommages a atteint l'année dernière 218 milliards de dollars, contre seulement 68 milliards en 2009, a précisé le 2e réassureur mondial dans un communiqué. Sur le total des coûts de l'année dernière, les assureurs ont dû régler 43 milliards de dollars, soit une hausse supérieure à 60 %, a-t-il souligné.

Selon l'étude annuelle Sigma de Swiss Re, les désastres ont provoqué en 2010 la mort de 304.000 personnes, le chiffre le plus élevé depuis 1976.

Les séismes ont été à l'origine d'environ un tiers des désastres en 2010 et devraient encore alourdir la facture en 2011. Le tremblement de terre ayant frappé en février Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pourrait ainsi coûter entre 6 milliards et 12 milliards de dollars.

L'estimation du coût pour les compagnies d'assurance du séisme et du tsunami du 11 mars a été revue entre 20 milliards et 30 milliards de dollars par le cabinet de modélisation et d'évaluation du risque AIR Worldwide.

Trends.be, avec Belga

Le coût des catastrophes d'origine humaine ou naturelle a été multiplié par trois en 2010, notamment en raison de nombreux séismes, qui risquent également d'alourdir la facture en 2011, a annoncé mardi le réassureur helvétique Swiss Re.Le total des dommages a atteint l'année dernière 218 milliards de dollars, contre seulement 68 milliards en 2009, a précisé le 2e réassureur mondial dans un communiqué. Sur le total des coûts de l'année dernière, les assureurs ont dû régler 43 milliards de dollars, soit une hausse supérieure à 60 %, a-t-il souligné.Selon l'étude annuelle Sigma de Swiss Re, les désastres ont provoqué en 2010 la mort de 304.000 personnes, le chiffre le plus élevé depuis 1976.Les séismes ont été à l'origine d'environ un tiers des désastres en 2010 et devraient encore alourdir la facture en 2011. Le tremblement de terre ayant frappé en février Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pourrait ainsi coûter entre 6 milliards et 12 milliards de dollars.L'estimation du coût pour les compagnies d'assurance du séisme et du tsunami du 11 mars a été revue entre 20 milliards et 30 milliards de dollars par le cabinet de modélisation et d'évaluation du risque AIR Worldwide.Trends.be, avec Belga