Dans son projet de budget annuel, qu'il publie en prévision de négociations entre Etats membres et avec le Parlement, l'exécutif européen alloue 211 milliards d'euros en subventions et 133 milliards en prêts via Next Generation EU, le fonds de relance qu'il veut créer.

Ces sommes viendraient en complément d'un budget de 166,7 milliards d'euros pour 2021. "Ensemble, le budget annuel et Next Generation EU mobiliseront d'importants investissements en 2021 pour faire face aux dommages économiques et sociaux immédiats causés par la pandémie de coronavirus, donner un coup d'envoi à une reprise durable et protéger et créer des emplois", assure la Commission dans un communiqué.

La proposition publiée mercredi reste entièrement dépendante de l'issue des négociations entre les Etats membres sur le paquet de relance proposé par la Commission pour redresser l'économie européenne minée par la crise du coronavirus. Les dirigeants des 27 doivent se retrouver les 17 et 18 juillet à Bruxelles pour tenter de trouver un accord.

Outre le budget pluriannuel (2021-2027) à hauteur de 1.100 milliards d'euros, il prévoit la création d'un fonds de relance de 750 milliards (500 milliards en subventions directes aux Etats membres et 250 milliards via des prêts aux capitales, qui devront être remboursés) financé par des emprunts massifs de la Commission au nom de l'UE, une situation inédite pour le bloc. L'issue des négociations, y compris sur la taille du fonds de relance, est incertaine.

"Le budget annuel 2021 aidera des centaines de milliers de personnes, d'entreprises et de régions à surmonter la crise et à en sortir plus forts qu'auparavant. Pour y parvenir, nous avons besoin d'un accord sur le budget à long terme et sur Next Generation EU - un accord qui enverra un signal de confiance dans toute l'Europe", a déclaré le commissaire au Budget Johannes Hahn, cité dans le communiqué. Le projet de budget 2021 sera adapté en conséquence aux résultats des négociations sur le budget pluriannuel.

La majeure partie des fonds de relance est réservée à un programme d'investissements et de réformes accessible aux Etats membres après la présentation d'un plan national. En 2021, la Commission propose d'y consacrer 131,5 milliards en prêts et 133 milliards en subventions.

Dans son projet de budget annuel, qu'il publie en prévision de négociations entre Etats membres et avec le Parlement, l'exécutif européen alloue 211 milliards d'euros en subventions et 133 milliards en prêts via Next Generation EU, le fonds de relance qu'il veut créer. Ces sommes viendraient en complément d'un budget de 166,7 milliards d'euros pour 2021. "Ensemble, le budget annuel et Next Generation EU mobiliseront d'importants investissements en 2021 pour faire face aux dommages économiques et sociaux immédiats causés par la pandémie de coronavirus, donner un coup d'envoi à une reprise durable et protéger et créer des emplois", assure la Commission dans un communiqué. La proposition publiée mercredi reste entièrement dépendante de l'issue des négociations entre les Etats membres sur le paquet de relance proposé par la Commission pour redresser l'économie européenne minée par la crise du coronavirus. Les dirigeants des 27 doivent se retrouver les 17 et 18 juillet à Bruxelles pour tenter de trouver un accord. Outre le budget pluriannuel (2021-2027) à hauteur de 1.100 milliards d'euros, il prévoit la création d'un fonds de relance de 750 milliards (500 milliards en subventions directes aux Etats membres et 250 milliards via des prêts aux capitales, qui devront être remboursés) financé par des emprunts massifs de la Commission au nom de l'UE, une situation inédite pour le bloc. L'issue des négociations, y compris sur la taille du fonds de relance, est incertaine. "Le budget annuel 2021 aidera des centaines de milliers de personnes, d'entreprises et de régions à surmonter la crise et à en sortir plus forts qu'auparavant. Pour y parvenir, nous avons besoin d'un accord sur le budget à long terme et sur Next Generation EU - un accord qui enverra un signal de confiance dans toute l'Europe", a déclaré le commissaire au Budget Johannes Hahn, cité dans le communiqué. Le projet de budget 2021 sera adapté en conséquence aux résultats des négociations sur le budget pluriannuel. La majeure partie des fonds de relance est réservée à un programme d'investissements et de réformes accessible aux Etats membres après la présentation d'un plan national. En 2021, la Commission propose d'y consacrer 131,5 milliards en prêts et 133 milliards en subventions.