"Ce que nous avons négocié est un accord qui répond au vote des Britanniques" lors du référendum de juin 2016, a affirmé Mme May, face aux critiques d'un membre de sa majorité conservatrice affirmant qu'il contenait des concessions inacceptables.