La Belgique a exporté en 2015 pour l'équivalent de plus de 30 milliards d'euros vers le Royaume-Uni, qui est le quatrième partenaire économique du pays. En sens inverse, 20 millions d'euros de marchandises sont venus d'Outre-Manche. Quelque 220 entreprises belges ont une branche sur l'île. Selon une étude d'ING, l'économie belge reculerait de 0,5% en cas de Brexit, soit une perte de 2,1 milliards d'euros. "C'est pourquoi nous serons plus touchés que les autres pays européens", affirme Kris Peeters. L'Irlande et les Pays-Bas seraient aussi fortement impactés.

"Nous devons nous préparer à des moments difficiles", met en garde le ministre dans De Morgen. "Même si le camp des partisans au maintien dans l'UE l'emporte, ce sera très serré. Dans ce cas, la stabilité politique serait aussi menacée, tout dépend de la façon dont les Conservateurs se présenteront."

Les Britanniques devront s'exprimer le 23 juin sur leur maintien dans l'UE, mais des effets négatifs sont déjà observés. "Rien que l'incertitude quant au Brexit pèse sur le cours de bourses et sur notre commerce", ajoute M. Peeters dans De Tijd.

La Belgique a exporté en 2015 pour l'équivalent de plus de 30 milliards d'euros vers le Royaume-Uni, qui est le quatrième partenaire économique du pays. En sens inverse, 20 millions d'euros de marchandises sont venus d'Outre-Manche. Quelque 220 entreprises belges ont une branche sur l'île. Selon une étude d'ING, l'économie belge reculerait de 0,5% en cas de Brexit, soit une perte de 2,1 milliards d'euros. "C'est pourquoi nous serons plus touchés que les autres pays européens", affirme Kris Peeters. L'Irlande et les Pays-Bas seraient aussi fortement impactés. "Nous devons nous préparer à des moments difficiles", met en garde le ministre dans De Morgen. "Même si le camp des partisans au maintien dans l'UE l'emporte, ce sera très serré. Dans ce cas, la stabilité politique serait aussi menacée, tout dépend de la façon dont les Conservateurs se présenteront." Les Britanniques devront s'exprimer le 23 juin sur leur maintien dans l'UE, mais des effets négatifs sont déjà observés. "Rien que l'incertitude quant au Brexit pèse sur le cours de bourses et sur notre commerce", ajoute M. Peeters dans De Tijd.