"Je soutiens complètement" cette idée proposée par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaeuble, a-t-il déclaré dans l'interview publiée dimanche par Der Spiegel. "J'en suis certain : si nous voulons restaurer la confiance dans la zone euro, les pays devront transférer une partie de leur souveraineté au niveau européen", a-t-il lancé.

"Les gouvernements ont déjà pris des mesures qui auraient semblé impensables il y a un an. C'est un progrès, mais c'est insuffisant", a-t-il ajouté. Les règles européennes sur la gouvernance économique doivent également être absolument respectées, ce qui n'a pas toujours été le cas par le passé, a souligné le chef de la BCE.

Depuis le début de la crise de la dette dans la zone euro il y a trois ans, l'Union européenne a pris des mesures sans précédent, y compris la création d'un traité fiscal, la mise en place d'un fonds de secours et une avancée vers une union bancaire.

"Plusieurs gouvernements n'ont pas encore compris qu'ils ont perdu leur souveraineté nationale il y a longtemps. Parce qu'ils se sont lourdement endettés, ils sont maintenant dépendants du bon vouloir des marchés financiers", a expliqué M. Draghi.

Trends.be, avec Belga

"Je soutiens complètement" cette idée proposée par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaeuble, a-t-il déclaré dans l'interview publiée dimanche par Der Spiegel. "J'en suis certain : si nous voulons restaurer la confiance dans la zone euro, les pays devront transférer une partie de leur souveraineté au niveau européen", a-t-il lancé. "Les gouvernements ont déjà pris des mesures qui auraient semblé impensables il y a un an. C'est un progrès, mais c'est insuffisant", a-t-il ajouté. Les règles européennes sur la gouvernance économique doivent également être absolument respectées, ce qui n'a pas toujours été le cas par le passé, a souligné le chef de la BCE. Depuis le début de la crise de la dette dans la zone euro il y a trois ans, l'Union européenne a pris des mesures sans précédent, y compris la création d'un traité fiscal, la mise en place d'un fonds de secours et une avancée vers une union bancaire. "Plusieurs gouvernements n'ont pas encore compris qu'ils ont perdu leur souveraineté nationale il y a longtemps. Parce qu'ils se sont lourdement endettés, ils sont maintenant dépendants du bon vouloir des marchés financiers", a expliqué M. Draghi. Trends.be, avec Belga