Les aéroports européens ne pourraient plus bénéficier d'une aide d'État que pendant un délai de dix ans maximum, les petits aéroports pouvant encore compter sur une aide financière publique pour des investissements, selon ce que présentera demain jeudi le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia, une information répercutée dès mercredi par divers médias allemands.

Cette décision devrait avoir un impact pour une série d'aéroports, dont celui de Charleroi.

Selon la presse, certains aéroports qui connaissent un déficit d'exploitation pourraient se retrouver en difficulté si la proposition du commissaire devenait une réalité.

Les plans de la Commission, qui visent également les aides d'État pour les compagnies aériennes, répondent à une série de changements intervenus dans le secteur, singulièrement la croissance du nombre de compagnies low-cost fonctionnant au départ de petits aéroports. Les directives actuellement en vigueur pour les aides d'État datent de 1994 et 2005.

Les aéroports européens ne pourraient plus bénéficier d'une aide d'État que pendant un délai de dix ans maximum, les petits aéroports pouvant encore compter sur une aide financière publique pour des investissements, selon ce que présentera demain jeudi le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia, une information répercutée dès mercredi par divers médias allemands. Cette décision devrait avoir un impact pour une série d'aéroports, dont celui de Charleroi. Selon la presse, certains aéroports qui connaissent un déficit d'exploitation pourraient se retrouver en difficulté si la proposition du commissaire devenait une réalité. Les plans de la Commission, qui visent également les aides d'État pour les compagnies aériennes, répondent à une série de changements intervenus dans le secteur, singulièrement la croissance du nombre de compagnies low-cost fonctionnant au départ de petits aéroports. Les directives actuellement en vigueur pour les aides d'État datent de 1994 et 2005.