Le nombre de travailleurs wallons oeuvrant au nord du pays est même en baisse puisque, en 2009, leur proportion atteignait encore 3,26%. Par contre, la part des travailleurs dont la résidence est sise en Flandre et qui ont leur emploi en Wallonie a très légèrement augmenté. Elle était en effet encore plus faible en 2009 (0,9%).

Les travailleurs domiciliés en Wallonie sont en revanche plus nombreux à travailler à Bruxelles: près d'un sur 10 (9,96%), ce qui est davantage que les travailleurs flamands actifs dans la capitale (8,05%).

Quant aux Bruxellois, 12,15% d'entre eux travaillent en Flandre et 5,49% en Wallonie.

Les travailleurs les moins mobiles sont ceux qui résident en Flandre occidentale, puisque 87,71% d'entre eux ont leur emploi dans cette même province, constate encore Eric Dor. Ils sont suivis par les travailleurs des provinces d'Anvers, de Liège et de la Région de Bruxelles-Capitale.

À l'opposé, le maximum de mobilité est observé parmi les travailleurs qui résident en province du Brabant wallon, dont la fraction qui y exercent leur emploi se limite à 52,36%. Près d'un Brabançon wallon sur trois (30,64%) est actif à Bruxelles. Les travailleurs des provinces du Brabant flamand, du Luxembourg et de Namur sont également parmi les plus mobiles.

Enfin, on relèvera que près de 30% des travailleurs résidents en province de Luxembourg travaillent à l'étranger, pour la plupart au Grand-Duché de Luxembourg.

Le nombre de travailleurs wallons oeuvrant au nord du pays est même en baisse puisque, en 2009, leur proportion atteignait encore 3,26%. Par contre, la part des travailleurs dont la résidence est sise en Flandre et qui ont leur emploi en Wallonie a très légèrement augmenté. Elle était en effet encore plus faible en 2009 (0,9%).Les travailleurs domiciliés en Wallonie sont en revanche plus nombreux à travailler à Bruxelles: près d'un sur 10 (9,96%), ce qui est davantage que les travailleurs flamands actifs dans la capitale (8,05%). Quant aux Bruxellois, 12,15% d'entre eux travaillent en Flandre et 5,49% en Wallonie. Les travailleurs les moins mobiles sont ceux qui résident en Flandre occidentale, puisque 87,71% d'entre eux ont leur emploi dans cette même province, constate encore Eric Dor. Ils sont suivis par les travailleurs des provinces d'Anvers, de Liège et de la Région de Bruxelles-Capitale. À l'opposé, le maximum de mobilité est observé parmi les travailleurs qui résident en province du Brabant wallon, dont la fraction qui y exercent leur emploi se limite à 52,36%. Près d'un Brabançon wallon sur trois (30,64%) est actif à Bruxelles. Les travailleurs des provinces du Brabant flamand, du Luxembourg et de Namur sont également parmi les plus mobiles. Enfin, on relèvera que près de 30% des travailleurs résidents en province de Luxembourg travaillent à l'étranger, pour la plupart au Grand-Duché de Luxembourg.