"Le 1er juin doit constituer le cap à viser pour les forains, salles de fitness ou l'horeca en intérieur notamment", poursuit-il.

En ce qui concerne l'événementiel ou la culture, il est nécessaire d'établir un calendrier d'élargissement progressif tout au long de l'été en parallèle de l'avancement de la vaccination, selon l'organisation de défense des indépendants.

"Le Premier ministre a lui-même ouvert la voie en parlant de l'organisation de festivals dans la deuxième partie de l'été. Nous le prenons au mot. Des dizaines de milliers de PME et d'indépendants actifs dans ces secteurs (traiteurs, location de matériel, transport, techniciens de spectacle¿) sont à l'arrêt depuis plus d'un an et leur situation financière est plus que critique. Leur survie même dépend d'une réouverture rapide."

Le SNI réclame par ailleurs des mesures de soutien à la reprise pour tous ces secteurs ou pour d'autres déjà ouverts. "La diminution de la TVA à 6% devra être élargie, par exemple, aux métiers de contact", plaide l'organisation.

Le syndicat demande donc que l'on ouvre les vannes. "Après le retour en 100% présentiel dans les écoles, c'est maintenant au tour de l'économie", conclut-il.

"Le 1er juin doit constituer le cap à viser pour les forains, salles de fitness ou l'horeca en intérieur notamment", poursuit-il. En ce qui concerne l'événementiel ou la culture, il est nécessaire d'établir un calendrier d'élargissement progressif tout au long de l'été en parallèle de l'avancement de la vaccination, selon l'organisation de défense des indépendants. "Le Premier ministre a lui-même ouvert la voie en parlant de l'organisation de festivals dans la deuxième partie de l'été. Nous le prenons au mot. Des dizaines de milliers de PME et d'indépendants actifs dans ces secteurs (traiteurs, location de matériel, transport, techniciens de spectacle¿) sont à l'arrêt depuis plus d'un an et leur situation financière est plus que critique. Leur survie même dépend d'une réouverture rapide." Le SNI réclame par ailleurs des mesures de soutien à la reprise pour tous ces secteurs ou pour d'autres déjà ouverts. "La diminution de la TVA à 6% devra être élargie, par exemple, aux métiers de contact", plaide l'organisation. Le syndicat demande donc que l'on ouvre les vannes. "Après le retour en 100% présentiel dans les écoles, c'est maintenant au tour de l'économie", conclut-il.