Sur la base des sondages, c'est le candidat démocrate Joe Biden qui est censé gagner la partie. Je dis censé car avec les sondages, on est jamais sûr de rien. Surtout que, lors de son premier mandat, Donald Trump a déjoué tous les pronostics.

Bien entendu, ce qui rend aussi complexe l'issue de cette élection, c'est l'impact qu'aura l'épidémie sur le mental des électeurs. Donald Trump joue sur le fait que son concurrent n'assiste qu'à des conventions virtuelles alors que lui ne cesse de sillonner le pays en chair et os. Bref, il veut montrer aux électeurs américains que Joe Biden est faible et que son âge (77 ans) n'est pas un atout pour diriger les Etats-Unis.

Fidèle à son personnage, avec un ego surdimensionné, Donald Trump a fait encore plus fort lors d'un meeting de fans dans le Minnesota. Trump a déclaré, le plus simplement du monde, que cette épidémie, c'est Dieu qui le teste ! Rien que cela... En clair, il a parlé à Dieu en direct : à la question de savoir s'il avait fait du bon travail, Dieu aurait répondu que c'était le cas et qu'il allait devoir recommencer. Donald est devenu ventriloque !

Avoir le soutien de Dieu, c'est bien, mais avoir le soutien du patron de la poste américaine, c'est encore mieux. Ce que je veux dire par là, c'est que Donald Trump est contre le vote par correspondance pour les élections du 3 novembre prochain ; un vote par correspondance qui a été instauré en raison du coronavirus. Mais Donald Trump a déjà décidé que ce vote sera entaché de fraudes... Donc, le patron de la poste américain (un de ses alliés) est en train de couper dans les budgets de la poste et les démocrates le soupçonnent de le faire pour rendre difficile ou impossible ce vote par correspondance.

Vous voyez les élections américaines c'est aussi bien qu'un feuilleton sur Netflix. Pendant ce temps, Wall Street, la Bourse américaine, mise sur Donald Trump car les 4 années de sa présidence ont été ultra positives pour la Bourse. Mais si Joe Biden devait gagner l'élection cela ne serait pas non plus un drame pour les investisseurs boursiers. Ils espèrent même une accalmie dans les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Bref, pour la Bourse, c'est pile, je gagne, et face tu perds !

Sur la base des sondages, c'est le candidat démocrate Joe Biden qui est censé gagner la partie. Je dis censé car avec les sondages, on est jamais sûr de rien. Surtout que, lors de son premier mandat, Donald Trump a déjoué tous les pronostics. Bien entendu, ce qui rend aussi complexe l'issue de cette élection, c'est l'impact qu'aura l'épidémie sur le mental des électeurs. Donald Trump joue sur le fait que son concurrent n'assiste qu'à des conventions virtuelles alors que lui ne cesse de sillonner le pays en chair et os. Bref, il veut montrer aux électeurs américains que Joe Biden est faible et que son âge (77 ans) n'est pas un atout pour diriger les Etats-Unis. Fidèle à son personnage, avec un ego surdimensionné, Donald Trump a fait encore plus fort lors d'un meeting de fans dans le Minnesota. Trump a déclaré, le plus simplement du monde, que cette épidémie, c'est Dieu qui le teste ! Rien que cela... En clair, il a parlé à Dieu en direct : à la question de savoir s'il avait fait du bon travail, Dieu aurait répondu que c'était le cas et qu'il allait devoir recommencer. Donald est devenu ventriloque ! Avoir le soutien de Dieu, c'est bien, mais avoir le soutien du patron de la poste américaine, c'est encore mieux. Ce que je veux dire par là, c'est que Donald Trump est contre le vote par correspondance pour les élections du 3 novembre prochain ; un vote par correspondance qui a été instauré en raison du coronavirus. Mais Donald Trump a déjà décidé que ce vote sera entaché de fraudes... Donc, le patron de la poste américain (un de ses alliés) est en train de couper dans les budgets de la poste et les démocrates le soupçonnent de le faire pour rendre difficile ou impossible ce vote par correspondance.Vous voyez les élections américaines c'est aussi bien qu'un feuilleton sur Netflix. Pendant ce temps, Wall Street, la Bourse américaine, mise sur Donald Trump car les 4 années de sa présidence ont été ultra positives pour la Bourse. Mais si Joe Biden devait gagner l'élection cela ne serait pas non plus un drame pour les investisseurs boursiers. Ils espèrent même une accalmie dans les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Bref, pour la Bourse, c'est pile, je gagne, et face tu perds !