Le patron de la KBC fait clairement partie de la première catégorie : sa banque a étonné les journalistes les plus blasés en décrochant un contrat exclusif avec la société Eleven Sports. Grâce à cet accord, la banque KBC/CBC permettra à ses clients de voir en direct les actions les plus chaudes et les buts de leur équipe préférée, dans le cadre des matchs de la Jupiler Pro League. Je vous en parle car voir une banque endosser le rôle d'un diffuseur d'images de foot en direct, c'est une première en Belgique et sans doute aussi au niveau mondial.

D'habitude, les logos des banques, on les voit sur la poitrine ou le dos des joueurs, mais ici, pas du tout, l'accord est uniquement destiné à enrichir l'application bancaire de la banque KBC/CBC. Le service ne sera d'ailleurs pas vraiment gratuit, car seuls les clients ayant un compte payant pourront avoir accès à ces buts ou à ces résumés de matchs, mais bon 80% des clients de la KBC/CBC ont un compte payant. Quant aux autres, les non-clients donc, ils pourront y avoir accès contre le prix d'un abonnement mensuel mais qui ne devrait pas coûter plus cher qu'un cheeseburger précise la KBC.

En fait, cette stratégie s'appelle le "beyond banking" dans le jargon des banquiers, cela signifie que les banques vont au-delà des services bancaires classiques pour fidéliser et satisfaire leurs clients. Quand votre banque vous vend des tickets de bus, de train, de parking ou vous met en relation (comme le fait Belfius) avec des hommes de métier pour réparer une fuite d'eau par exemple, c'est du "beyond banking". C'est une manière intelligente de fidéliser les clients mais c'est aussi tout bonnement une manière de se distinguer des autres banques !

En ouvrant son appli à des non clients pour qu'ils puissent voir les plus beaux goals ou les meilleurs moments d'un match, le pari de la banque KBC/CBC, c'est que ceux et celles qui vont télécharger l'application, vont découvrir sa fluidité et ses autres fonctionnalités comme le précise le quotidien Le Soir. Hier c'était, Belfius et Proximus qui avaient annoncé leur association et aujourd'hui, c'est la KBC qui devient une sorte de mini-média. Décidément, le secteur bancaire bouge et brouille les pistes.

Le patron de la KBC fait clairement partie de la première catégorie : sa banque a étonné les journalistes les plus blasés en décrochant un contrat exclusif avec la société Eleven Sports. Grâce à cet accord, la banque KBC/CBC permettra à ses clients de voir en direct les actions les plus chaudes et les buts de leur équipe préférée, dans le cadre des matchs de la Jupiler Pro League. Je vous en parle car voir une banque endosser le rôle d'un diffuseur d'images de foot en direct, c'est une première en Belgique et sans doute aussi au niveau mondial. D'habitude, les logos des banques, on les voit sur la poitrine ou le dos des joueurs, mais ici, pas du tout, l'accord est uniquement destiné à enrichir l'application bancaire de la banque KBC/CBC. Le service ne sera d'ailleurs pas vraiment gratuit, car seuls les clients ayant un compte payant pourront avoir accès à ces buts ou à ces résumés de matchs, mais bon 80% des clients de la KBC/CBC ont un compte payant. Quant aux autres, les non-clients donc, ils pourront y avoir accès contre le prix d'un abonnement mensuel mais qui ne devrait pas coûter plus cher qu'un cheeseburger précise la KBC.En fait, cette stratégie s'appelle le "beyond banking" dans le jargon des banquiers, cela signifie que les banques vont au-delà des services bancaires classiques pour fidéliser et satisfaire leurs clients. Quand votre banque vous vend des tickets de bus, de train, de parking ou vous met en relation (comme le fait Belfius) avec des hommes de métier pour réparer une fuite d'eau par exemple, c'est du "beyond banking". C'est une manière intelligente de fidéliser les clients mais c'est aussi tout bonnement une manière de se distinguer des autres banques !En ouvrant son appli à des non clients pour qu'ils puissent voir les plus beaux goals ou les meilleurs moments d'un match, le pari de la banque KBC/CBC, c'est que ceux et celles qui vont télécharger l'application, vont découvrir sa fluidité et ses autres fonctionnalités comme le précise le quotidien Le Soir. Hier c'était, Belfius et Proximus qui avaient annoncé leur association et aujourd'hui, c'est la KBC qui devient une sorte de mini-média. Décidément, le secteur bancaire bouge et brouille les pistes.