Dans l'ensemble, les grandes banques privées en Suisse ont augmenté leurs produits et bénéfices, selon l'enquête du cabinet d'audit et de conseil KPMG et de l'Université de Saint-Gall (HSG) présentée jeudi à Zurich. Mais la performance de la branche demeure à un niveau médiocre, souligne Christian Hintermann, partenaire chez KPMG Suisse. Pour les instituts gérant un patrimoine inférieur à 5 milliards de francs suisses (4 milliards d'euros), la situation reste critique. Cette catégorie constitue près des deux tiers de l'échantillon, mais ne représente que 9% des avoirs, selon l'étude qui examine les rapports de gestion de 2006 à 2012 de 103 instituts bancaires établis en Suisse et au Liechtenstein. L'an passé a connu un nombre record de 8 liquidations touchant de petits établissements, tandis que les fusions et acquisitions ont stagné, précise Christian Hintermann. Le total de banques privées en Suisse a reculé en 2012 de 13 unités, à 148. Aussi KPMG anticipe-t-il, du fait de la pression constante de l'étranger, que 25 à 30% des banques privées disparaîtront d'ici trois ans. Pour comparaison, entre 2005 et 2012, leur nombre s'est réduit de 182 à 148 (-19%). "Le mouvement de consolidation devrait s'accélérer une fois levées les incertitudes liées au conflit fiscal avec les Etats-Unis", analyse Christian Hintermann. (Belga)

Dans l'ensemble, les grandes banques privées en Suisse ont augmenté leurs produits et bénéfices, selon l'enquête du cabinet d'audit et de conseil KPMG et de l'Université de Saint-Gall (HSG) présentée jeudi à Zurich. Mais la performance de la branche demeure à un niveau médiocre, souligne Christian Hintermann, partenaire chez KPMG Suisse. Pour les instituts gérant un patrimoine inférieur à 5 milliards de francs suisses (4 milliards d'euros), la situation reste critique. Cette catégorie constitue près des deux tiers de l'échantillon, mais ne représente que 9% des avoirs, selon l'étude qui examine les rapports de gestion de 2006 à 2012 de 103 instituts bancaires établis en Suisse et au Liechtenstein. L'an passé a connu un nombre record de 8 liquidations touchant de petits établissements, tandis que les fusions et acquisitions ont stagné, précise Christian Hintermann. Le total de banques privées en Suisse a reculé en 2012 de 13 unités, à 148. Aussi KPMG anticipe-t-il, du fait de la pression constante de l'étranger, que 25 à 30% des banques privées disparaîtront d'ici trois ans. Pour comparaison, entre 2005 et 2012, leur nombre s'est réduit de 182 à 148 (-19%). "Le mouvement de consolidation devrait s'accélérer une fois levées les incertitudes liées au conflit fiscal avec les Etats-Unis", analyse Christian Hintermann. (Belga)