"Rien n'a été facile pour moi. J'ai commencé à Brooklyn, mon père m'a fait un petit prêt d'un million de dollars", a-t-il dit lors d'une émission sur NBC. "Je me suis lancé à Manhattan, et j'ai dû le rembourser avec intérêts".

Selon lui, son père, le promoteur immobilier Fred Trump, lui avait déconseillé de sortir de Brooklyn et du Queens, les deux zones de New York où l'entreprise familiale était implantée.

"Toute ma vie on m'a dit non", a affirmé Donald Trump.

Relancé sur le "petit" prêt d'un million de dollars (équivalent à près de sept millions de dollars aujourd'hui, après inflation), il a répondu que ce n'était "pas beaucoup par rapport à ce que j'ai construit".

La fortune de Donald Trump est évaluée par lui-même à 10 milliards de dollars et par le magazine Forbes à 4,5 milliards.

Il travaillait dans l'entreprise de son père, qui a construit des milliers de logements à Brooklyn, avant de se lancer dans les années 1970 dans une aventure immobilière personnelle à Manhattan, où plusieurs tours portent aujourd'hui son nom, aux Etats-Unis et dans d'autres pays avec des hôtels, casinos, golfs et tours de logements.

Son empire a subi plusieurs faillites d'hôtels et de casinos dans les années 1990 et 2000.

"Rien n'a été facile pour moi. J'ai commencé à Brooklyn, mon père m'a fait un petit prêt d'un million de dollars", a-t-il dit lors d'une émission sur NBC. "Je me suis lancé à Manhattan, et j'ai dû le rembourser avec intérêts".Selon lui, son père, le promoteur immobilier Fred Trump, lui avait déconseillé de sortir de Brooklyn et du Queens, les deux zones de New York où l'entreprise familiale était implantée."Toute ma vie on m'a dit non", a affirmé Donald Trump.Relancé sur le "petit" prêt d'un million de dollars (équivalent à près de sept millions de dollars aujourd'hui, après inflation), il a répondu que ce n'était "pas beaucoup par rapport à ce que j'ai construit".La fortune de Donald Trump est évaluée par lui-même à 10 milliards de dollars et par le magazine Forbes à 4,5 milliards.Il travaillait dans l'entreprise de son père, qui a construit des milliers de logements à Brooklyn, avant de se lancer dans les années 1970 dans une aventure immobilière personnelle à Manhattan, où plusieurs tours portent aujourd'hui son nom, aux Etats-Unis et dans d'autres pays avec des hôtels, casinos, golfs et tours de logements.Son empire a subi plusieurs faillites d'hôtels et de casinos dans les années 1990 et 2000.