Une manière de formaliser une collaboration déjà entamée via des contacts réguliers avec le Premier ministre sur les sujets économiques dont Roland Gillet s'est fait une spécialité. Même s'il devra adapter son emploi du temps aux contraintes de l'agenda gouvernemental, il n'abandonnera pas pour autant ses fonctions d'enseignant. Professeur à la Sorbonne à Paris et...

Une manière de formaliser une collaboration déjà entamée via des contacts réguliers avec le Premier ministre sur les sujets économiques dont Roland Gillet s'est fait une spécialité. Même s'il devra adapter son emploi du temps aux contraintes de l'agenda gouvernemental, il n'abandonnera pas pour autant ses fonctions d'enseignant. Professeur à la Sorbonne à Paris et à la Solvay Brussels School of Economics and Management (ULB), l'économiste de 55 ans est recruté pour son expertise pointue sur des thématiques comme le surendettement, le financement de l'économie, les politiques de relance ou encore le soutien aux PME. Ce n'est pas la première fois que Roland Gillet conseille des autorités publiques. Il est déjà intervenu auprès de la Grèce ou de l'Espagne, lorsque ces deux pays se sont retrouvés confrontés à une crise économique majeure. Il a également été sollicité au moment de l'affaire Fortis pour ses lumières concernant la meilleure manière d'aborder une telle déconfiture bancaire. Mais il ne s'était jusqu'à présent jamais engagé ouvertement sur le terrain politique belge. Un choix qu'il préfère lier à la fonction du Premier ministre plutôt qu'à son appartenance au parti libéral. Il n'a d'ailleurs aucune intention de rejoindre le MR . " Je ne fais pas de politique. Ce n'est pas mon métier. J'ai de bons contacts avec différents dirigeants du pays, dans différents partis. Je suis ravi d'aider à la réflexion et honoré de partager avec le chef du gouvernement mon expertise sur des sujets proches de mes principaux champs d'investigation ou que j'enseigne à l'université. Il me semble que le Premier ministre apprécie mon indépendance d'esprit ", explique Roland Gillet.