"Ce candidat repreneur a développé un projet et parle de conserver les trente-cinq emplois actuels", indique René Petit, secrétaire syndical CSC Metea. "Jusqu'à la semaine dernière, on sentait une volonté d'ArcelorMittal de ne pas céder l'activité, soit par crainte de la concurrence, soit parce que le repreneur n'était pas jugé crédible." En parallèle aux démarches de ce repreneur éventuel, les candidats poursuivent les négociations liées au plan social de la procédure Renault entamée en janvier, après que la direction a annoncé son intention de fermer le site, basé sur l'Ile Monsin à Liège. "Si cela ne marche pas du côté du repreneur, on ne peut pas prendre le risque de tout faire capoter", ajoute le syndicaliste. "Mais nous voulons en tout cas mettre la pression sur ArcelorMittal et démontrer que leur intention est de fermer les outils plutôt que de les céder." Syndicats et direction se rencontreront jeudi pour discuter d'un pré-accord sur la convention collective. Le travail sur le site, qui devait initialement fermer le 17 mai, a été prolongé de quelques semaines. (Belga)

"Ce candidat repreneur a développé un projet et parle de conserver les trente-cinq emplois actuels", indique René Petit, secrétaire syndical CSC Metea. "Jusqu'à la semaine dernière, on sentait une volonté d'ArcelorMittal de ne pas céder l'activité, soit par crainte de la concurrence, soit parce que le repreneur n'était pas jugé crédible." En parallèle aux démarches de ce repreneur éventuel, les candidats poursuivent les négociations liées au plan social de la procédure Renault entamée en janvier, après que la direction a annoncé son intention de fermer le site, basé sur l'Ile Monsin à Liège. "Si cela ne marche pas du côté du repreneur, on ne peut pas prendre le risque de tout faire capoter", ajoute le syndicaliste. "Mais nous voulons en tout cas mettre la pression sur ArcelorMittal et démontrer que leur intention est de fermer les outils plutôt que de les céder." Syndicats et direction se rencontreront jeudi pour discuter d'un pré-accord sur la convention collective. Le travail sur le site, qui devait initialement fermer le 17 mai, a été prolongé de quelques semaines. (Belga)