Brexit, élection de Donald Trump... 2016 a été une année fertile en surprises politiques. Et 2017 promet également son lot de suspense. Avec au programme des élections aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, ce sont trois pays clés de l'Union européenne et de la zone euro qui vont au-devant d'une période d'incertitude. Car avec le succès de partis populistes comme le PVV aux Pays-Bas, le FN en France et l'AfD en Allemagne, plus personne n'ose encore se prononcer sur l'issue de ces scrutins en cette ère de "politique post-vérité". On peut d'ailleurs également s'attendre à une poussée de fièvre politique dans notre pays à la veille des élections communales de 2018 et des élections fédérales un an plus tard.
...

Brexit, élection de Donald Trump... 2016 a été une année fertile en surprises politiques. Et 2017 promet également son lot de suspense. Avec au programme des élections aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, ce sont trois pays clés de l'Union européenne et de la zone euro qui vont au-devant d'une période d'incertitude. Car avec le succès de partis populistes comme le PVV aux Pays-Bas, le FN en France et l'AfD en Allemagne, plus personne n'ose encore se prononcer sur l'issue de ces scrutins en cette ère de "politique post-vérité". On peut d'ailleurs également s'attendre à une poussée de fièvre politique dans notre pays à la veille des élections communales de 2018 et des élections fédérales un an plus tard. Bien entendu, les tensions politiques ne se limiteront pas aux pays où l'électeur pourra faire valoir sa voix. 2017 sera également l'année où commenceront véritablement les négociations sur le Brexit, où une solution devra être trouvée pour les banques italiennes, et où Donald Trump fera son entrée à la MaisonBlanche et donnera forme à sa politique commerciale et étrangère. Pour clore cette longue liste d'incertitudes, citons encore des dossiers internationaux délicats comme la guerre civile en Syrie, les ambitions croissantes du président russe Vladimir Poutine et le regain de tensions avec Pékin en mer de Chine méridionale, sans compter un président chinois Xi Jinping qui prend de plus en plus de pouvoir. Recoins En d'autres termes, les incertitudes politiques seront nombreuses. Et celles-ci peuvent se répercuter de diverses manières sur l'économie. L'incertitude pèse sur la confiance du citoyen, qui préfère éviter de délier les cordons de la bourse. Les entreprises diffèrent leurs investissements, surtout si des perturbations sur les marchés font qu'il est plus difficile d'obtenir des financements. Selon Patrick Moonen, stratégiste en chef de NN Investment Partners, l'incertitude politique a également un effet paralysant sur les pouvoirs publics, "en empêchant ou en freinant la mise en oeuvre des réformes structurelles nécessaires". Koen Van De Maele, stratégiste chez Candriam, voit la montée du populisme comme un présage de relâchement budgétaire, "et donc de plus de croissance et d'inflation aux dépens d'une hausse des dettes publiques". Ce qui aura une influence sur le comportement des autres acteurs de l'économie. Pour résumer : une bonne dose d'incertitude politique - imaginons que Marine Le Pen (FN), élue présidente de la République française, veuille quitter l'euro - se fera sentir à tous les niveaux de l'économie mondiale. Si l'on peut concevoir de nombreux biais par lesquels l'incertitude politique peut influer sur l'économie, il est impossible d'y accoler des chiffres concrets. Le monde est trop complexe pour cela. Pour Koen Van De Maele, il est en tout cas acquis qu'en perdant en prévisibilité, la politique a gagné en importance pour l'investisseur. "Auparavant, une analyse économique suffisait ; aujourd'hui, l'analyse politique constitue peut-être la moitié du travail." JASPER VEKEMAN