Agacés par la congestion croissante de nos routes, les automobilistes sollicitent de plus en plus souvent les systèmes d'aide à la conduite pour les sortir d'embarras ou, plus simplement, déte...

Agacés par la congestion croissante de nos routes, les automobilistes sollicitent de plus en plus souvent les systèmes d'aide à la conduite pour les sortir d'embarras ou, plus simplement, déterminer l'itinéraire le plus rapide. Or, ces derniers ne tiennent aucun compte de la nature des lieux traversés, les abords des écoles par exemple. C'est la raison pour laquelle les services de Lydia Peeters, nouvelle ministre de la Mobilité, prendront incessamment contact avec à Michelin, Routeplanner, Google Maps, Waze, etc., afin de déterminer avec eux des no-go zones. Il s'agit non seulement des abords d'écoles mais également de zones d'habitat autrefois tranquilles et aujourd'hui transformées en itinéraires alternatifs. En attendant, les communes font ce qu'elles peuvent. En Brabant flamand, dans la commune de Kortenberg, des caméras intelligentes permettent par exemple d'interdire l'accès à certaines voiries aux heures d'entrée et de sortie des écoles.