Peu de gens le savent mais aux Etats-Unis, Walmart, le leader de la grande distribution, est l'un des plus gros vendeurs d'armes. Sa part de marché tourne autour des 20%. Au mois d'août, les tueries de masse se sont succédé dans le pays. Et ironie du sort, deux d'entre elles (22 morts à El Paso et deux morts à Southaven) se sont déroulées dans une enseigne de la marqu...

Peu de gens le savent mais aux Etats-Unis, Walmart, le leader de la grande distribution, est l'un des plus gros vendeurs d'armes. Sa part de marché tourne autour des 20%. Au mois d'août, les tueries de masse se sont succédé dans le pays. Et ironie du sort, deux d'entre elles (22 morts à El Paso et deux morts à Southaven) se sont déroulées dans une enseigne de la marque. Les tueurs y ont fait des ravages en déambulant dans les rayons. Il aura fallu plus d'un mois pour que Walmart réagisse. La semaine dernière, Doug McMillon, le CEO de l'enseigne, a annoncé une série de mesures spectaculaires. Le groupe va arrêter de vendre des munitions pour les fusils d'assaut semi-automatiques de calibre 5.56 ou 0.223 une fois les stocks actuels écoulés. Ces fusils de type AR-15 sont les plus courants dans les massacres de masse. La chaîne va aussi cesser de vendre des munitions destinées aux armes de poing après écoulement des stocks, ainsi que ces mêmes armes de poing en Alaska, dernier Etat où c'était encore possible. Enfin, Walmart demande à ses clients de s'abstenir de venir dans les magasins avec des armes à feu visibles dans les Etats où la pratique est autorisée. On remarquera quand même que Walmart entend d'abord écouler ses stocks... Selon Doug McMillon, ces restrictions devraient ramener la part de marché de Walmart entre 6 et 9%. Le groupe entend se concentrer sur les armes de chasse et leurs munitions. Le CEO a aussi fermement invité les élus américains à prendre des mesures pour contrôler les ventes d'armes et, notamment, les fameuses vérifications d'antécédents judiciaires portées par tous les candidats démocrates à la présidentielle. Evidemment, la NRA, le puissant lobby pro-armes américain, a condamné la décision de Walmart. Affaire d'autant plus à suivre que Kroger a décidé d'emboîter le pas à Walmart, son concurrent.