Au moment d'écrire ces lignes, le 21 avril, View From My Window comptabilisait 1.572.568 membres : pas mal pour une page Facebook créée par une inconnue de 47 ans, Barbara Duriau, il y a un mois à peine. Graphiste ayant travaillé pour Moulinsart - la firme tintinesque -, cette Bruxelloise résidant à Amsterdam et ...

Au moment d'écrire ces lignes, le 21 avril, View From My Window comptabilisait 1.572.568 membres : pas mal pour une page Facebook créée par une inconnue de 47 ans, Barbara Duriau, il y a un mois à peine. Graphiste ayant travaillé pour Moulinsart - la firme tintinesque -, cette Bruxelloise résidant à Amsterdam et qui " aime beaucoup le visuel, la photo, le voyage, surtout depuis un tour du monde il y a 20 ans ", a eu l'idée, suite au confinement, de créer un groupe Facebook invitant ses participants à poster des clichés pris depuis les fenêtres de leur habitation. Le succès, immédiat, s'impose en Belgique puis très rapidement à l'étranger, notamment en Australie, en Nouvelle- Zélande ou aux Etats-Unis, avec nombre de posts en provenance de Californie, de Floride ou du Texas. Entre l'imprenable vue depuis une maison des îles Cook sur la grandeur du Pacifique, les kangourous ou les piscines de demeures de luxe, s'insinue une idée du rêve, du maxi-trip et de la volatilité planétaire. Depuis, bien évidemment, le domicile. Avec aussi des vues urbaines généralement moins idylliques qui, du coup, ramènent sans doute un peu de réalisme face à l'éden californien ou australien fantasmé. Aussi l'occasion de constater que fin avril, le nord de la Finlande est enseveli sous la neige alors que Rio se dore définitivement la pilule. Et ensuite ? " Je vais sans doute faire un crowdfunding parce que je pense à certains projets qui pourraient suivre cette première idée ", fait savoir Barbara Duriau. Histoire et vues à suivre.