Si vous vous demandez pourquoi les vignerons de la Vallée du Rhône accueillent les Belges avec un grand sourire et les bras ouverts, l'explication est assez simple. D'une part, et c'est un phénomène qui ne cesse de les épater, nous ne remontons jamais de vacances le coffre vide... D'autre part, notre petit pays s'avère, en volume, le plus grand importateur de vins en appellation de la Vallée du Rhône, loin devant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, soit 19% du marché. Pour donner un ordre de grandeur, cela correspond à 180.000 hectolitres et un peu de plus de 24 millions de bouteilles. Ce qui a fait dire récemment à un patron d'une des plus grandes appellations du Rhône: "Si on enlève les enfants, les personnes âgées et les abstinents pour des raisons personnelles ou religieuses, vous ingurgitez quand même chacun de solides doses de nos vins chaque année!".
...

Si vous vous demandez pourquoi les vignerons de la Vallée du Rhône accueillent les Belges avec un grand sourire et les bras ouverts, l'explication est assez simple. D'une part, et c'est un phénomène qui ne cesse de les épater, nous ne remontons jamais de vacances le coffre vide... D'autre part, notre petit pays s'avère, en volume, le plus grand importateur de vins en appellation de la Vallée du Rhône, loin devant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, soit 19% du marché. Pour donner un ordre de grandeur, cela correspond à 180.000 hectolitres et un peu de plus de 24 millions de bouteilles. Ce qui a fait dire récemment à un patron d'une des plus grandes appellations du Rhône: "Si on enlève les enfants, les personnes âgées et les abstinents pour des raisons personnelles ou religieuses, vous ingurgitez quand même chacun de solides doses de nos vins chaque année!". Au mois d'avril, nous avons parcouru pendant 10 jours l'ensemble du vignoble de la Vallée du Rhône. Depuis la grande banlieue de Nîmes au sud jusqu'à Vienne au carrefour des Condrieu et des Côte-rôtie au nord. L'objectif? Ne déguster que des vins blancs et dénicher des pépites disponibles à la vente chez nous. Avant de livrer le juteux verdict, une petite mise en perspective s'impose. Le vignoble de la Vallée du Rhône, c'est six départements, 28 appellations, 27 cépages, 17 crus, 22 Côtes du Rhône Villages avec noms géographiques, plus de 7.300 exploitations, 67.364 hectares et 2.565.467 hectolitres produits en 2021. La répartition de la production se ventile comme suit: 76% de rouges, 14% de rosés et 10% de blancs. La Vallée du Rhône, déjà troisième acteur du rosé en France, entend sérieusement augmenter la production de blancs (+15%) d'ici à 2030. Avec valorisation de la filière et montée en gamme qualitative. A cet effet, la reconnaissance du blanc dans l'AOC Gigondas serait un sérieux pas en avant. Il ne nous appartient pas ici de commenter les mesquineries et les blocages politiques qui ont abouti, lors de la reconnaissance de l'AOC Gigondas en 1971, à ce que le blanc en soit exclu alors que ce ne fut pas un problème pour Vacqueyras, son voisin. Bref, l'erreur est en passe d'être corrigée au bout d'un long travail de préparation. Si tout va bien, la vendange 2022 pourrait être acceptée de façon rétroactive avec une première mise en marché l'an prochain. Il faut comprendre que jusqu'ici, soit les vignerons avaient arraché leurs parcelles de cépages blancs, soit ils intégraient leurs raisins blancs dans leurs rouges (ce qui est autorisé), soit ils commercialisaient leurs blancs sous l'appellation générique Côte du Rhône. Pour vous donner une idée de la qualité de ces futurs Gigondas blancs, on ne saurait trop vous conseiller de goûter à la production de Louis Barriol, le président de l'appellation ( Château Saint Cosme disponible chez De Clerck à Courtrai, www.wijnendeclerck.be), de Pierre Amadieu (domaine homonyme disponible chez Gelin Vins, www.gelinvins.be) ou de Julien Bréchet (domaine des Bosquets disponible chez Brunin- Guillier, www.vinsbrunin.com). Nombreux sont ceux qui se sont interrogés lors de l'intégration de cette AOC dans le vignoble de la Vallée du Rhône. Or, il s'agit d'un terroir rhodanien typique avec, entre autres, les fameux galets roulés amenés par le Rhône et la Durance. C'est la plus méridionale des appellations du Rhône mais c'est paradoxalement aussi la plus fraîche. Bande de terre qui unit la Camargue à la Provence, les Costières de Nîmes sont coincées entre la mer au sud et le piémont cévenol au nord. Les terrasses caractéristiques du terroir subissent le mistral et les entrées maritimes. Ces dernières, par effet de convection, autorisent de grandes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit qui favorisent la fraîcheur des vins et l'expression du fruit. C'est un beau terroir à rosés évidemment mais aussi à blancs. Nous vous avons déjà abondamment parlé des vins de Numa et d'Alexis Cornut (Château Guiot) et notamment le "Je ne sais qu'on ne sait jamais" blanc et rouge. Une valeur sûre de l'appellation qui vient de nous gratifier d'un nouvel ovni: Plaisir Coupable, un vin blanc moelleux 100% sémillon absolument épatant (chez Pinard Pirate, facebook/pinardpirate). La voisine des jumeaux Cornut s'appelle Fanny Boyer. Avec son frère François, elle conduit en biodynamie le Château Beaubois, un magnifique domaine familial de 60 hectares coincé entre l'étang de Scamandre en Petite Camargue et le canal d'irrigation Philippe-Lamour. Les vins sont à l'aune de la beauté des lieux. En blanc, à côté de Elégance, son entrée de gamme sympa, on a craqué pour Idole qui rassemble les quatre grands cépages rhodaniens: marsanne, roussane, viognier et vermentino. Un grand vin qui allie complexité et finesse, élégance et puissance. Un must à découvrir chez Divine Wines à Uccle (www.divinewines.be). Un peu plus à l'est, Jérôme Chardon et sa famille ont bâti un nouveau vignoble à Bellegarde en 1999. Il a été certifié en biodynamie dès sa première vendange en 2002. Toute la gamme de Jérôme vaut le détour dont le Mal Luné en rouge. Elle se découvre chez Pascal Courel à Ixelles (www.wine-not.be). En blanc, il produit une vraie curiosité: la Clairette de Bellegarde. Détenteur d'une AOP homonyme, c'est un vin très rare qui n'existe qu'en mono-cépage. En l'occurrence, la clairette blanche dont la filiation demeure un mystère. C'est frais, vif, très marqué fleurs blanches et à la finale très saline. A Beaucaire, à la limite orientale de l'appellation Costières de Nîmes, Anne et François Collard conduisent, en bio, un joli domaine appelé Château Mourgues du Grès. Non content de produire de chouettes cuvées, ils ont imaginé des parcours pour s'immerger dans ce terroir et cette biodiversité si particuliers. Chez les Collard, on demande les Galets Dorés! Un vin blanc bio et sans soufre à la bouche fraîche et longue qui allie minéralité et acidité. Une pépite à découvrir chez Godaert et Van Beneden (www.godaert-vanbeneden.com, quatre enseignes Chemins des vignes à Bruxelles, ). Pendant deux jours au début du mois d'avril, une grande majorité des vignerons du sud de la Vallée du Rhône ont envahi le gigantesque Palais des papes d'Avignon. Nous y avons découvert principalement de magnifiques Côtes du Rhône génériques blancs. Parfois de provenance inattendue. Ainsi, le Château de Manissy, un domaine en biodynamie réputé mondialement pour son Tavel, produit un blanc épatant appelé Oracle. Un vin gourmand, salivant, aux notes de pêches et à la finale saline (à découvrir chez www.maxivins-lasne.be). Un poil plus au nord, se trouve le territoire de l'appellation Lirac. Elle produit des vins relativement méconnus chez nous. C'est un tort car Lirac est un véritable terroir à blancs. Comme ceux du Château de Montfaucon tenu par Rodolphe de Pins, le président de l'appellation, et son épouse Mari. A côté de son Lirac blanc classique, le domaine produit un ovni appelé Le Vin de Madame la Comtesse de Montfaucon. Il est composé très majoritairement de clairette issue de vignes plantées en 1870! Cette magnifique cuvée ainsi que le reste de la gamme se trouve chez Terre & Vin, à Lasne (www.terre-vin.be). On ne quitte pas le côté occidental de l'autoroute A7 pour rejoindre le terroir riche en cailloux et côteaux argilo-calcaires de Saint-Gervais pour y déguster le Régulus. Un vin blanc produit par Claire Clavel et disponible en Belgique chez Stéphanie Vial (www.couleurvin.be). Grâce à une macération pré-fermentaire à froid, cette cuvée est d'une incroyable aromatique avec des notes de fruits exotiques et une bouche ample mais fraîche. Avant de remonter vers le nord, traversons l'autoroute pour d'abord nous arrêter à Cairanne pour découvrir Laure, un blanc que nous a fait découvrir Philippe Faure-Brac, restaurateur à Paris, meilleur sommelier du monde en 1992 et actuel patron des sommeliers français. Une petite merveille bien sèche et minérale qui fera merveille sur le fromage. Elle est produite par le domaine Rabasse Charavin qu'importe la maison Mostade et Gobert (www.vins-mostade- gobert.be). Ensuite, impossible de parler des blancs du Rhône sans évoquer Châteauneuf-du-Pape. Nous y avons découvert, lors du salon Les Printemps de Châteauneuf-du-Pape, des cuvées ciselées en appellation mais aussi des vins plus accessibles financièrement. Comme Libre Expression, un Côtes du Rhône générique produit par le domaine Galevan dirigé aujourd'hui par Coralie Goumarre, la représentante de la neuvième génération et première femme à conduire les 60 hectares. Cette cuvée fraîche, épicée et élégante est aussi disponible chez Stéphanie Vial (www.couleurvin.be). C'est, depuis longtemps, le paradis des blancs avec les Condrieu, St-Joseph et autres Crozes-Hermitage. Des vins devenus aujourd'hui, pour la plupart, extrêmement chers. Nous allons oublier ces vins en AOP à deux exceptions près. D'une part Les Pitchounettes, un Crozes magnifique du Domaine des 4 Vents. Il y a 10 ans, Lucie et sa soeur Nancy ont repris le flambeau familial et ont décidé de ne plus vendre les vendanges mais de créer leur propre cuvée. Quelle bonne idée! Leur gamme est importée chez nous par David Bohné via la Cave à Dave (contact via Pinard Pirate). D'autre part, Les Marelles de Fabienne et Gilles Robin. C'est un Crozes- Hermitage de toute haute volée. Il est gouleyant, frais, complexe et salivant et il ne coûte que 20 euros au domaine! Ce cadeau est vendu chez nous par les vins Brunin-Guillier. La même maison a mis le pied sur un autre chouette domaine: G&J Bott. Graeme et Julie ont une jolie gamme dont on a particulièrement apprécié le First Flight, un 100% viognier produit en IGP Collines Rhodaniennes, une version en blanc d'un vrai glouglou de potes! Dans le même ordre d'idées, Julien Pilon nous a épaté avec son Mon grand-père était limonadier. Un 100% viognier en IGP aussi juteux que salivant (www.couleurvin.be).