Le Musée de la Photographie de Mont- sur-Marchienne aime les contrastes. Peu de rapport donc entre le travail de traques obsédantes de Sandrine Lopez et celui de Philippe Graton, ayant vécu de l'inté...

Le Musée de la Photographie de Mont- sur-Marchienne aime les contrastes. Peu de rapport donc entre le travail de traques obsédantes de Sandrine Lopez et celui de Philippe Graton, ayant vécu de l'intérieur comme photoreporter de 2014 à 2019 l'opposition à la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Ces deux expos tenues dans des espaces séparés du musée passent sans doute après le sujet majeur de l'hiver dans l'enceinte carolo. Photographie, arme de classe a été organisé à partir des collections du Centre Pompidou, soit une plongée dans les années 1930, décennie d'importants changements sociaux. Une centaine d'oeuvres et une quarantaine de documents amènent de grands noms tels que Willy Ronis, Henri Cartier-Bresson, Gisèle Freund ou encore Willy Kessels. Antimilitarisme, lutte contre les colonies, guerre d'Espagne : l'époque, pas vraiment paisible, témoigne que l'histoire n'est peut-être qu'un éternel retour. Y compris photographique.