Dans la nuit du 12 octobre, l'aéroport de Charleroi a mis en service sa piste rallongée de 2.550 à 3.200 mètres. C'est la conclusion d'un projet assez ancien, qui a pour objectif de pouvoir accueillir des longs-courriers, et donc proposer des destinations au-delà de l'Europe et d...

Dans la nuit du 12 octobre, l'aéroport de Charleroi a mis en service sa piste rallongée de 2.550 à 3.200 mètres. C'est la conclusion d'un projet assez ancien, qui a pour objectif de pouvoir accueillir des longs-courriers, et donc proposer des destinations au-delà de l'Europe et dépendre moins de Ryanair, son premier client. La piste précédente ne permettait pas de faire décoller de gros porteurs à pleine charge. Air Belgium, la première compagnie long-courrier à choisir Charleroi, en 2018, avait dû limiter sa capacité cargo pour ses premiers vols à destination de Hong Kong. Elle sera la première à bénéficier de cet allongement de piste pour ses vols vers la Martinique et la Guadeloupe, à partir de décembre. "Nous n'aurons sans doute pas de nouvelle compagnie long-courrier avant 2023", regrette cependant Philippe Verdonck, CEO de BSCA, le gestionnaire de l'aéroport. La pandémie a endommagé le secteur ; il doit panser ses plaies avant de se redévelopper. Toutefois, "l'allongement améliorera l'exploitation des vols actuels, l'impact sonore devrait aussi être moindre". Les avions entameront leur phase de décollage 650 mètres plus à l'est, depuis la partie prolongée. Ils seront donc plus haut une fois hors de la zone de l'aéroport. Les travaux ont été organisés et financés par la société publique Sowaer (42 millions d'euros), propriétaire de l'infrastructure des aéroports wallons.