Avec deux joueurs dans le top 30 de la Race to Dubaï (le classement annuel européen), le golf belge a tenu son rang sur la scène internationale. Thomas Detry a terminé à la 25e place et Thomas Pieters à la 26e. Un petit pays riche de 70.000 affiliés aurait tort de faire la fine bouche!
...

Avec deux joueurs dans le top 30 de la Race to Dubaï (le classement annuel européen), le golf belge a tenu son rang sur la scène internationale. Thomas Detry a terminé à la 25e place et Thomas Pieters à la 26e. Un petit pays riche de 70.000 affiliés aurait tort de faire la fine bouche! Thomas Detry, 28 ans, porte néanmoins un regard mi-figue mi-raisin sur sa saison. Certes, il a signé cinq tops 10 sur le circuit européen, avec deux secondes places obtenues au Porsche Open de Hambourg et, surtout, à l'Open d'Ecosse où il est tombé en play-off. Mais dans le même temps, il a manqué neuf cuts, ce qui n'est pas dans ses habitudes (il n'en avait loupé qu'un seul en 2020). Toujours en quête de son premier sacre sur le circuit, le Bruxellois aimerait combler rapidement cette frustration, histoire de vaincre une fois pour toutes le signe indien. "Ce sera bien sûr un de mes grands objectifs l'an prochain", confie-t-il. Tout indique qu'une fois ce cap franchi, sa carrière pourrait prendre rapidement une nouvelle dimension avec, à la clé, ce top 50 mondial, tremplin vers une carrière sur le PGA Tour américain. "La clé sera de bien performer lors des tournois du Grand Chelem. C'est là qu'on marque le plus de points. En 2022, je disputerai pour la première fois le British Open qui aura lieu sur le Old Course de St.Andrews! Je vais tout faire pour être exact à cette pendaison de crémaillère." Toujours aussi imprévisible, Thomas Pieters, 29 ans, a signé un début de saison assez moyen, un peu comme s'il n'avait pas la tête au golf. Il s'est réveillé à la fin de l'été avec deux tops 10 à Wentworth et au Dutch Open et, surtout début novembre, avec une magnifique victoire au Portugal Masters. Un vrai déclic. De retour dans le top 100 mondial, le voilà relancé vers les sommets. "En confiance, il est plus que jamais capable des plus grands exploits. L'an passé, une fracture à la main avait gâché sa préparation hivernale. Cette fois, il va pouvoir peaufiner ses entraînements pour être prêt dès les premiers tournois de 2022", avertit son coach Jérôme Theunis. Au fond de lui-même, sûr de son potentiel, l'Anversois cultive toujours les plus grandes ambitions, y compris gagner des Majors. Malgré quelques belles prestations, Nicolas Colsaerts n'a pas performé en 2021 (aucun top 10). A 39 ans, le talentueux champion bruxellois a terminé la saison à la 382e place du rang mondial et à la 154e de la Race. Le revoici donc au pied du mur. Grâce à son exemption liée à sa victoire à l'Open de France 2019, il conserve sa place sur le Tour. Mais il n'aura plus droit à l'erreur. Une situation qu'il connaît bien et qu'il a toujours négociée avec réussite, comme s'il avait besoin de ce surcroît d'adrénaline pour sortir le grand jeu.