Rien n'est moins sûr. La rentrée ne sera normale que s'il y a un vaccin, ce qui n'est apparemment pas pour tout de suite, commente l'enseignement catholique flamand dans un courrier adressé...

Rien n'est moins sûr. La rentrée ne sera normale que s'il y a un vaccin, ce qui n'est apparemment pas pour tout de suite, commente l'enseignement catholique flamand dans un courrier adressé à toutes les écoles de son réseau. Pour éviter toute mauvaise surprise en cas de deuxième vague, les différents réseaux d'enseignement de Flandre travaillent, de concert avec le groupe d'experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), à la mise au point de divers scénarios. " Si l'on ne veut pas être pris au dépourvu, il faut prévoir toutes les situations possibles ", explique-t-on au cabinet de Ben Weyts, le ministre en charge de l'Enseignement, sans vouloir communiquer plus avant tant que rien n'est définitif. On s'orienterait toutefois vers un scénario à quatre niveaux, calqué sur celui mis en place après les attentats de Zaventem et de Maalbeek. Au niveau 0, tout est sous contrôle. Au niveau 4, les écoles seront soumises à un lockdown complet.