Le coronavirus et le travail de sape de Donald Trump sur ses alliés auront donc abouti à l'accord de réduction de production de pétrole le plus important de l'histoire. Ce dimanche, l...

Le coronavirus et le travail de sape de Donald Trump sur ses alliés auront donc abouti à l'accord de réduction de production de pétrole le plus important de l'histoire. Ce dimanche, les Etats membres de l'Opep se sont mis d'accord avec les pays producteurs partenaires au sein de l'Opep+, Russie en tête, et d'autres Etats comme le Canada, la Norvège et les Etats-Unis. En mai et en juin, l'offre pétrolière sera réduite de 9,7 millions de barils par jour (MBJ), soit environ 10 % de la production mondiale. Cette réduction passera à 7,7 MBJ pour le second semestre 2020 et à 5,8 MBJ jusqu'en mai 2022. La Russie et l'Arabie saoudite vont assumer, à elles deux, la moitié de l'effort. Ceci dit, tout historique qu'il soit, cet accord n'est pas suffisant pour vraiment faire remonter les cours vu l'abondance des stocks. Pour rééquilibrer le marché, il eut fallu une réduction de l'offre au moins deux fois supérieure.