Sortir du chômage pour se lancer comme indépendant n'est pas évident. Du jour au lendemain, on perd toute allocation et les revenus apportés par la nouvelle activité ne sont pas toujours au rendez-vous. Passé un certain âge, pareilles considérations inhibent fort logi...

Sortir du chômage pour se lancer comme indépendant n'est pas évident. Du jour au lendemain, on perd toute allocation et les revenus apportés par la nouvelle activité ne sont pas toujours au rendez-vous. Passé un certain âge, pareilles considérations inhibent fort logiquement toute initiative. D'où l'idée lancée par Philippe Muyters, ministre flamand de l'Emploi, d'assurer un revenu minimum à tout chômeur de plus de 45 qui souhaite devenir indépendant. L'âge n'a pas été choisi au hasard. Les statistiques du VDAB montrent en effet qu'à partir de 45 ans la propension à entreprendre des chômeurs, qui n'est déjà pas très grande avec 2 à 3 % au maximum, est en chute libre. Pour tenter d'inverser la tendance, le ministre a prévu un budget de 20,5 millions d'euros afin d'octroyer une allocation mensuelle de 1.000 euros durant un trimestre à tous ceux qui souhaitent franchir le pas. Ce montant sera par la suite diminué de 100 euros tous les trois mois pour tomber à zéro au bout de deux ans. Pour en bénéficier, il faudra toutefois parcourir avec succès une préparation à l'entrepreneuriat au cours de laquelle la faisabilité du business plan présenté sera examinée à la loupe. Le système sera d'application dès le 15 mars et démarre le jour où le chômeur décide de s'inscrire comme indépendant auprès d'une caisse d'assurances sociales.