C'est la société Devside qui a remporté l'appel d'offres. Cette petite entreprise bruxelloise va développer l'application belge de traçage des personnes infectées par le Covid-19. Déjà active dans plusieurs pays européens comme la France ou l'Allemagne, cette application mobile doit venir en soutien du dispositif " humain " mis en place au niveau des Régions. Environ 2.000 " enquêteurs " répartis dans différents centres d'ap...

C'est la société Devside qui a remporté l'appel d'offres. Cette petite entreprise bruxelloise va développer l'application belge de traçage des personnes infectées par le Covid-19. Déjà active dans plusieurs pays européens comme la France ou l'Allemagne, cette application mobile doit venir en soutien du dispositif " humain " mis en place au niveau des Régions. Environ 2.000 " enquêteurs " répartis dans différents centres d'appels sont actuellement chargés de remonter la piste des personnes avec lesquelles les malades ont été en contact rapproché afin de juguler la dissémination du virus à partir des foyers locaux d'infection. La situation anversoise est un premier test sérieux pour ce dispositif. L'application mobile développée par Devside fonctionnera via le signal Bluetooth de nos smartphones. Elle ne collectera donc pas de données GPS de géolocalisation et ne permettra pas de surveiller les allées et venues des citoyens, comme c'est le cas dans certains pays comme la Chine. Les garanties apportées en termes de protection de la vie privée sont cruciales pour assurer le succès du mécanisme. Le téléchargement et l'utilisation de l'application, baptisée " coronalert ", se feront en effet sur base volontaire. Or, pour être efficace, les experts estiment que le dispositif doit être adopté par au moins 60 % de la population. La PME bruxelloise Devside a du pain sur la planche mais elle ne démarre pas de zéro. L'application partira du code open source (disponible en accès libre) de l'application allemande de traçage. Devside est une société spécialisée depuis une dizaine d'années dans le développement d'applications et de sites mobiles. Elle revendique des clients comme les assurances DKV, IBA, Proximus ou encore Le Chat, de Philippe Geluck. En son temps, elle avait aussi développé les applications du groupe Roularta (éditeur de Trends-Tendances). Son patron, l'entrepreneur Jean-Paul de Ville de Goyet, n'a pas donné suite à nos appels. L'application devrait être prête pour le mois de septembre.