En cette fraîche matinée printanière, le cadre bucolique du Namurois est sublimé par un agréable et doux soleil. Les champs se succèdent à perte de vue au creux d'un paysage vallonné, tandis qu'un long chemin étroit mène à la Ferme de Froidefontaine. Le lieu semble encore endormi. Seuls le chant des oiseaux, le bêlement des moutons et le caquètement des poules brisent le silence. Jusqu'à ce crissement de pneus sur les gravillons. Un utilitaire se gare dans la basse-cour. En descend Alexis de Liedekerke, seul habitant des lieux. Il revient d'une livraison. " Nicolas, qui se charge de la distribution, n'était pas disponible aujourd'hui, lâche le jeune homme. Du coup, j'ai pris le relais et livré quelques caisses de cidre dans les environs. "
...