Maud Novalet n'est pas une inconnue dans le monde de la restauration italienne. Elle a longtemps partagé la vie de Renaud Waeterloos, le créateur de Ricotta et Parmesan dans le centre de Bruxelles et, depuis peu, du Gastronomico, une version plus enlevée. Cet automne, elle a ouvert son propre établissement en plein centre de Beersel: Vini e Cicchetti. Du vin et des cicchettis. Ces derniers sont des tapas à la vénitienne que l'on déguste au comptoir dans les bacaris de la Sérénissime. Par exemple, avec un Spritz ...

Maud Novalet n'est pas une inconnue dans le monde de la restauration italienne. Elle a longtemps partagé la vie de Renaud Waeterloos, le créateur de Ricotta et Parmesan dans le centre de Bruxelles et, depuis peu, du Gastronomico, une version plus enlevée. Cet automne, elle a ouvert son propre établissement en plein centre de Beersel: Vini e Cicchetti. Du vin et des cicchettis. Ces derniers sont des tapas à la vénitienne que l'on déguste au comptoir dans les bacaris de la Sérénissime. Par exemple, avec un Spritz où le Select, un amer produit en Vénétie par Montenegro, remplace le classique Apérol. Et si, effectivement, un assortiment de quatre cicchettis chauds et froids est disponible au comptoir (10 ou 12 euros), ils ne sont que l'une des facettes de cet établissement assez inclassable. On y pénètre en effet par l'épicerie qui propose une sélection de produits alimentaires italiens dont du vin ainsi qu'un comptoir de produits frais avec charcuteries, fromages et une série de plats préparés maison: lasagne, salade de poulpe, escalope à la parmiggiana ou des petites boulettes de veau ( polpette di vitello). Passé l'épicerie, s'ouvre une grande salle lumineuse au décor simple et aux vieux carrelages à l'ancienne. L'emphase est sur la nourriture et le vin et on ne sera pas déçu. Resserrée, la carte des vins affiche des prix raisonnables. Elle couvre toutes les régions italiennes en évitant le piège de sentiers trop battus ou de maisons incontournables. Nous avons dégusté un épatant Le Oche, un 100% verdicchio de la région des Marches. A côté d'un lunch en deux services à 14 (! ) euros, le chef propose six antipasti, autant de primi et deux secondi. Il les agrémente de deux ou trois suggestions quotidiennes. Pas besoin de se poser de questions, tout est bon. En antipasti, la friture mixte de poissons (poulpe, calamars et petits poissons - 18 euros) avait le goût des souvenirs de vacances et, dans sa salade fraîche et goûteuse (14 euros), la chair du poulpe fondait dans la bouche. Les pâtes seront du même acabit, particulièrement les paccheri (de gros tubes courts) à la salsiccia (saucisse typique italienne) et à la salade rouge de Trévise (18 euros) qui, cuite, exhale une fine amertume. Un mélange réussi que nous avions déjà expérimenté avec bonheur chez Spaghetti à Uccle. Une belle référence. Tutti, va bene !