Les premiers résultats sont en tout cas porteurs d'espoir. Gavées de sargassum fusiforme, une algue brune originaire de Chine, des souris atteintes d'Alzheimer ont vu chuter de 80% leur production de plaqu...

Les premiers résultats sont en tout cas porteurs d'espoir. Gavées de sargassum fusiforme, une algue brune originaire de Chine, des souris atteintes d'Alzheimer ont vu chuter de 80% leur production de plaques amyloïdes. Communément appelées " plaques séniles ", ces dernières bloquent en effet la synthèse d'un des principaux neurotransmetteurs impliqués dans le processus de mémorisation. Les résultats obtenus par les professeurs Tim Vanmierlo et Jeroen Bogie de l'université de Hasselt, ont en effet montré d'étonnantes différences dans les résultats de tests cognitifs. Tous deux attribuent ces écarts à la présence dans cet aliment de saringostérol, une substance également étudiée dans le cadre de la lutte contre l'obésité. Mais du laboratoire à l'amélioration du quotidien des quelque 50 millions de personnes touchées par cette maladie dégénérative, il reste un pas difficile à franchir. Pour ingérer la même quantité de saringostérol que les souris, les humains devraient manger chaque jour huit kilos de cette algue !