La Région bruxelloise va réglementer l'occupation temporaire d'immeubles, une tendance qui prend de plus en plus d'ampleur dans la capitale. Un cadre législatif " souple et adapté " sera exam...

La Région bruxelloise va réglementer l'occupation temporaire d'immeubles, une tendance qui prend de plus en plus d'ampleur dans la capitale. Un cadre législatif " souple et adapté " sera examiné fin avril par le gouvernement. Et ce selon le principe d'une dispense de permis et de la création d'un permis à durée limitée (pour les occupations entre six mois et deux ans). L'occupation temporaire d'immeubles vise à compenser le vide locatif entre l'acte d'acquisition d'une parcelle bâtie ou non, et l'inauguration du programme urbain, ce qui peut prendre plusieurs années. Les habitants semblent encourager ce type de démarches. On peut y retrouver de l'agriculture urbaine, des expositions d'art contemporain, des ateliers d'artistes, un cinéma éphémère ou encore un incubateur commercial. Et ce dans des sites tels que Citygate à Anderlecht, les casernes à Etterbeek (sur 4 hectares), Actiris (devant la Bourse) ou encore le Tri postal (gare du Midi).