"Agropig" est un abattoir dont les jours sont comptés. Pas assez rentable aux yeux du groupe international dont il fait partie. A travers le portrait de plusieurs personnages ayant un lien avec l'entreprise en péril, François-Xavier Ménage, journaliste et grand reporter pour le groupe TF1, livre un récit symbolique sur les mécanismes écon...

"Agropig" est un abattoir dont les jours sont comptés. Pas assez rentable aux yeux du groupe international dont il fait partie. A travers le portrait de plusieurs personnages ayant un lien avec l'entreprise en péril, François-Xavier Ménage, journaliste et grand reporter pour le groupe TF1, livre un récit symbolique sur les mécanismes économiques qui se mettent en place pour éliminer tout ce qui ne présente pas un bilan satisfaisant. Dès le début de son roman, l'auteur prévient: "Avant de refermer ce livre, surgiront un meurtre, une destruction et la constitution d'une petite fortune". C'est donc sous la forme d'un suspense qu'il nous raconte les destins de Ronan, jeune homme malade qui tue et découpe des porcs pour gagner chichement sa vie, d'Emma, sa jeune collègue qui prépare un examen d'entrée dans une grande école commerciale pour grimper les échelons, de Marc, le directeur de l'abattoir qui reçoit des menaces de mort, de son épouse Shanna ou du maire de la petite ville à proximité. Les têtes baissées dresse un parallèle entre ces animaux que l'on mène à l'abattoir et les victimes d'un système présenté comme cynique et invisible. Comme dans un reportage, le roman décrit avec un soin particulier le fonctionnement d'un abattoir, le nombre d'animaux tués par heure mais aussi les odeurs, les sons et les maladies liées à ce travail à la chaîne, ces maux que l'on contracte au boulot, que l'on ramène chez soi, dont on ne parle à personne et qui rongent peu à peu de l'intérieur. Dans ce premier roman glaçant, les victimes n'appartiennent pas qu'à une classe sociale. Car un raz-de-marée emporte tout sur son passage, sans se soucier de l'âge, des compétences ou du niveau de vie.