L'an dernier, on avait laissé Jean-Marc Rochette au pied de son Ailefroide au coeur du massif des Ecrins. Dans la bande dessinée qui portait le titre de ce sommet réputé difficile, le dessinateur revenait sur son adolescence délicate et son émancipation par l'alpinisme : la confrontation à une nature dure, abrupte, meurtrière parfois, avait fait naître chez le jeune homme sa propre identité qu'il n'avait pu forger auprès des siens.
...