Les Frères Romano, une adresse qui semble faire partie du paysage gastronomique ucclois depuis une éternité. Aujourd'hui, les frères ne sont plus qu'un après le décès de Pierre et la retraite de Tony. Pascal Romano est désormais seul à la barre avec son épouse Yen Danh. La villa cossue de l'avenue D...

Les Frères Romano, une adresse qui semble faire partie du paysage gastronomique ucclois depuis une éternité. Aujourd'hui, les frères ne sont plus qu'un après le décès de Pierre et la retraite de Tony. Pascal Romano est désormais seul à la barre avec son épouse Yen Danh. La villa cossue de l'avenue De Fré cache une salle de restaurant lumineuse, ornée de peintures modernes et colorées, qui s'ouvre sur une baie vitrée et un grand jardin. A la belle saison, deux tables sont même dressées sur la petite terrasse en surplomb du jardin. Pascal est seul au piano mais la partition est toujours bien exécutée. Une musique bourgeoise, traditionnelle et classique (de retour en grâce) qui fait la part belle aux bons produits cuits à la perfection. Comme ce ris de veau grillé bien juteux et moelleux et servi avec une vraie béarnaise (36 euros) ou les noisettes d'agneau (28 euros) avec une sauce à l'estragon dont on ne laisse pas une goutte. C'est net et sans chichi. Sous l'influence de son épouse, Pascal Romano s'essaie aussi, avec justesse, à quelques combinaisons asiatiques en mises en bouche mais aussi dans les suggestions. Ses langoustines croustillantes à la sauce thaï (33 euros) plaisent à sa clientèle fidèle et à raison ! Bien sûr, resto italien oblige, le chef propose une série de pâtes. Et, en dessert, un immanquable sabayon au marsala. Lunch à 25 euros en trois services généreux. Une valeur sûre pour qui aime le classique.