Renoncer à l'évolution, c'est régresser et s'attendre à subir la loi de ses rivales. Quelques mois après son ennemie jurée (la VW Golf qui demeure la reine des compactes), la Peugeot 308 a aussi droit à un restylage.
...

Renoncer à l'évolution, c'est régresser et s'attendre à subir la loi de ses rivales. Quelques mois après son ennemie jurée (la VW Golf qui demeure la reine des compactes), la Peugeot 308 a aussi droit à un restylage. Avec ses lignes tendues, son intérieur très moderne mais surtout ses grandes qualités dynamiques, la berline française a séduit, à juste titre, un large public. Sa silhouette évolue donc discrètement : calandre plus verticale accueillant le lion en son centre, capot plongeant nervuré, bouclier avant repensé avec des prises d'air plus grandes et de nouveaux phares antibrouillard. Quant aux feux arrière, ils s'inspirent de ceux de la 3008 avec trois griffes verticales. Peugeot a décidé d'anticiper les normes antipollution prévues pour 2020 en introduisant un nouveau 1.5 BlueHDI 130 ch qui se distingue par une belle vitalité et une discrétion, sauf au démarrage. Coupleux à bas régime, ce moteur ne manque pas de reprise et suffit largement à animer cette 308, bien secondé par une nouvelle et excellente boîte manuelle à six rapports. La Peugeot continue de distancer ses rivales sur route tortueuse grâce à un train avant très efficace, une direction précise, un roulis contenu et un petit volant servant toujours la sensation de maniabilité. Du pur bonheur d'autant que cela ne se fait pas au détriment du confort. La 308 monte en gamme en multipliant les aides sécuritaires et la connectivité. Elle dispose désormais du freinage automatique d'urgence et surtout, d'un régulateur de vitesse adaptatif avec reconnaissance des panneaux afin de respecter automatiquement les vitesses imposées. Berline familiale enthousiasmante à conduire, la 308 n'a plus de complexe à nourrir face à la concurrence. CHRISTOPHE