Acerta, le prestataire de services RH, a analysé les statistiques des salariés de plus de 40.000 entreprises du privé. Objectif ? Déterminer l'évolution de l'absentéisme de moyenne durée (entre un mois et un an) depuis l'introduction, fin 2016, de la législation de réinsertion des collaborateurs en incapacité de travail qui vise à les remettre plus vite au travai...

Acerta, le prestataire de services RH, a analysé les statistiques des salariés de plus de 40.000 entreprises du privé. Objectif ? Déterminer l'évolution de l'absentéisme de moyenne durée (entre un mois et un an) depuis l'introduction, fin 2016, de la législation de réinsertion des collaborateurs en incapacité de travail qui vise à les remettre plus vite au travail. Que retenir de cette analyse ? D'une part, l'absentéisme de moyenne durée continue de croître malgré le trajet de réinsertion. En 2018, 2,31% des heures ouvrables n'étaient pas prestées pour cause de maladie de moyenne durée. En 2014, ce taux n'était que de 2,05 %. La progression (+12,7 %) est donc importante et est particulièrement marquée sur les années 2017 et 2018. La législation manque-t-elle sa cible ? " Oui et non, explique Benoît Caufriez, directeur d'Acerta Consult. Une certaine sensibilisation autour du thème maladie et travail et la relation vie privée-vie professionnelle se met en place, ce qui est positif. Oui, elle manque sa cible puisque nous ne constatons aucune baisse dans les chiffres. Les pourcentages continuent de croître d'année en année. Il y a aussi un hic : pourquoi l'employeur est-il tenu d'attendre quatre mois pour lancer la procédure de réinsertion formelle ? " D'autre part, plus l'entreprise est importante, moins elle a d'emprise sur l'absentéisme pour maladie. Entre les plus petites et les plus grosses, le taux d'absence double quasiment. Ensuite, si les ouvriers sont toujours plus absents que les employés (logique puisque le travail physique augmente le risque de maux physiques), le stress et le burn-out contribuent à réduire l'écart. Entre 2014 et 2018, l'absentéisme chez les employés a ainsi grimpé de près de 20 %. Enfin, l'étude démontre une corrélation certaine entre absentéisme et âge jusqu'à 60 ans.