La Classe E actuelle est née en 2016. Elle vient de s'offrir un petit lifting. On remarque surtout le volant redessiné et garni de commandes tactiles, certes très modernes mais plus capricieuses et sensibles que des touches classiques. A côté des moteurs à essence et diesel ordinaires, la gamme conserve ses deux hybrides plug-in: une avec moteur à essence, l'autre avec diesel. Cette dernière vogue donc à contre-courant, le gazole étant souvent jugé fort polluant. Mais ce carburant assure une plus fa...

La Classe E actuelle est née en 2016. Elle vient de s'offrir un petit lifting. On remarque surtout le volant redessiné et garni de commandes tactiles, certes très modernes mais plus capricieuses et sensibles que des touches classiques. A côté des moteurs à essence et diesel ordinaires, la gamme conserve ses deux hybrides plug-in: une avec moteur à essence, l'autre avec diesel. Cette dernière vogue donc à contre-courant, le gazole étant souvent jugé fort polluant. Mais ce carburant assure une plus faible consommation sur les longs trajets. Cette hybride diesel est donc faite pour ceux qui avalent l'autoroute à haute dose mais circulent aussi en ville où il est salutaire d'évoluer à l'électricité. Batterie pleine, nous avons bouclé 40 kilomètres à la seule force du courant et le moteur électrique (122 ch et 400 Nm de couple) offre de belles performances. Quand le deux litres diesel se réveille, la puissance cumulée dépasse les 300 ch: les accélérations et reprises sont donc très vigoureuses. Et pour mieux passer l'hiver, une transmission intégrale est proposée. A régime stabilisé, le bouilleur à mazout est bien insonorisé et peu vibrant pour un quatre cylindres. Mais dans l'effort, il émet un grognement peu agréable... Un bilan acoustique qui dénote dans cette voiture au confort de suspension magistral, surtout avec l'amortissement pneumatique optionnel. On regrette aussi l'implantation ratée de la batterie du système hybride, qui mange une grosse partie du coffre et lui forme un plancher en escalier. Pas pratique! Les rivales (Audi A6 et BMW Série 5 hybrides) font mieux sur ce point. Cette Mercedes hybride diesel subit aussi une concurrence interne, avec l'hybride E300e à essence, plus puissante (320 ch), moins bruyante et près de 2.000 euros moins chère. Si vous effectuez peu de longs trajets, cette dernière s'impose.