Vendu à plus d'un million d'exemplaires depuis 2008, le XC60 s'est mué en best-seller de la marque et s'offre même le luxe de devancer les premiums allemands (Audi Q5, BMW X3 et Mercedes GLC) sur le marché européen.
...

Vendu à plus d'un million d'exemplaires depuis 2008, le XC60 s'est mué en best-seller de la marque et s'offre même le luxe de devancer les premiums allemands (Audi Q5, BMW X3 et Mercedes GLC) sur le marché européen. Plus long, plus large et moins haut, le nouveau SUV suédois affiche de meilleures proportions sans se départir d'une certaine élégance, incarnée par un style épuré. Il ressemble beaucoup au XC90 mais sa silhouette costaude et sage séduit. A l'intérieur, c'est tout aussi plaisant. L'habitacle spacieux, accueillant, chaleureux avec des formes douces, procure confort et bien-être. Le SUV suédois sait recevoir tant la position de conduite satisfait pleinement et les sièges ne fatiguent pas. La console centrale et la planche de bord reprennent des éléments devenus classiques chez Volvo dont un vaste écran tactile vertical élégamment intégré, un combiné d'instruments digitaux parfaitement informatif et un volant pas surchargé de boutons. Dès les premiers kilomètres, notre quatre cylindres D5 d'essai évolue dans un univers feutré, appuyé par la douceur de la boîte auto à huit rapports. Le châssis est sain, rassurant avec un amortissement rigoureux. Le XC60 tient très bien la route mais ne distille aucune velléité sportive. Même en mode dynamique, il met davantage le cap sur le confort. Les quatre roues motrices permettent, en tout cas, de ne pas se soucier de la motricité. A tout l'arsenal sécuritaire connu, le XC60 ajoute une assistance à la manoeuvre d'évitement, une autre permettant d'éviter les collisions frontales et une surveillance d'angles morts qui bloque le volant pour empêcher un changement intempestif de file. Volvo est bel et bien devenu le grand rival des premiums germaniques. Christophe