Après d'âpres discussions où chacun a dû mettre de l'eau dans son vin, le Parlement européen et les Etats membres ont fini par trouver un accord, jeudi soir, sur l'introduction d'un certificat censé faciliter les voyages dans l'Union européenne cet été. Il s'appellera le certificat numérique européen Covid et s'appliquera dès le 1er juillet. Il exister...

Après d'âpres discussions où chacun a dû mettre de l'eau dans son vin, le Parlement européen et les Etats membres ont fini par trouver un accord, jeudi soir, sur l'introduction d'un certificat censé faciliter les voyages dans l'Union européenne cet été. Il s'appellera le certificat numérique européen Covid et s'appliquera dès le 1er juillet. Il existera soit sous forme numérique, soit sur papier. Il assurera que le porteur a été vacciné (deux doses sauf pour Johnson & Johnson) par l'un des quatre produits reconnus par l'Agence européenne du médicament: Pfizer, Moderna, AstraZeneca et J&J. Chaque Etat aura toute liberté pour accepter ou refuser les vaccins non reconnus, notamment le Spoutnik russe. Le certificat attestera aussi que son porteur a subi un test PCR négatif réalisé dans un délai de moins de 72 heures ou un test rapide négatif dans un délai de moins de 24 h. Enfin, il attestera aussi de la présence d'anticorps (via un test PCR positif) en raison d'une contamination jusqu'à six mois auparavant. Par contre, les tests PCR nécessaires pour ceux qui ne sont pas vaccinés ne seront finalement pas gratuits (sauf cas particuliers) mais la Commission européenne va débloquer 100 millions d'euros pour acheter des tests. Cet argent servira surtout à alléger la facture des personnes qui traversent fréquemment une frontière pour aller travailler ou se rendre à l'école, pour recevoir des soins médicaux ou pour rendre visite à leur famille. Enfin, l'ensemble des décisions s'appliquent à tous les Etats membres. Toutefois, ceux-ci pourront, uniquement dans des circonstances exceptionnelles et sur base de preuves scientifiques, imposer des mesures supplémentaires comme, par exemple, une quarantaine. Une notification 48 heures à l'avance est exigée.