La biotech liégeoise Imcyse a bouclé un tour de table de 35 millions d'euros afin de poursuivre le développement de sa technologie Imotopes dans le traitement du diabète de type 1, et de démarrer les essais cliniques pour la sclérose en plaques et d'autres maladies auto-immunes.
...

La biotech liégeoise Imcyse a bouclé un tour de table de 35 millions d'euros afin de poursuivre le développement de sa technologie Imotopes dans le traitement du diabète de type 1, et de démarrer les essais cliniques pour la sclérose en plaques et d'autres maladies auto-immunes. Imcyse est une spin-off de la KU Leuven. Elle a mis au point une technique d'immunothérapie active, qui permet de détruire les cellules impliquées dans les maladies auto-immunes. " C'est cela qui est important : on peut arrêter le développement de la maladie, explique le CEO Pierre Vandepapelière à L'Echo. Le diabète de type 1 ou la sclérose en plaques sont des maladies évolutives. Si on les arrête suffisamment tôt, on peut prévenir toutes les complications. " Son premier candidat médicament traite le diabète de type 1 qui touche 4 millions de personnes dans le monde, dont 60.000 en Belgique. Des essais cliniques de phase 1b ont été menés dans sept pays européens et les résultats sont attendus pour la fin de l'été. La levée de fonds vise à financer le passage en phase 2 et à lancer les essais pour d'autres indications. Le tour de table de 28 millions a été mené par le fonds d'investissement néerlandais LSP, accompagné par la SRIW, la SFPI et Epimède, un fonds dédicacé aux entreprises en croissance initié par Noshaq (ex-Meusinvest). Les actionnaires historiques d'Imcyse (Biogenesis, Noshaq, KU Leuven) ont également participé. En plus de ce financement, Imcyse a obtenu une subvention de 4,6 millions de la Région wallonne et un prêt de 2 millions de Belfius.