Ce lundi matin, ce fut un réveil très douloureux pour les quelque 2.000 chauffeurs Uber de Bruxelles. On a en effet appris que l'administration bruxelloise leur interdit désormais d'utiliser leur smartphone pour accept...

Ce lundi matin, ce fut un réveil très douloureux pour les quelque 2.000 chauffeurs Uber de Bruxelles. On a en effet appris que l'administration bruxelloise leur interdit désormais d'utiliser leur smartphone pour accepter des courses. Le cabinet de Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, précise qu'Uber n'est pas spécifiquement visé mais que le gouvernement entend faire respecter l'ordonnance et les lois sur les locations de véhicules avec chauffeur. L'administration va donc commencer à sévir. D'abord un simple avertissement puis l'établissement d'une infraction qui peut comprendre la saisie du véhicule, des poursuites pénales et le retrait définitif de l'autorisation d'exploitation. Cette décision du cabinet Vervoort est à tout le moins surprenante car une procédure judiciaire est toujours en cours. Saisie par la cour d'appel de Bruxelles, la Cour constitutionnelle doit en effet se prononcer sur deux questions liées à la situation légale d'Uber à Bruxelles. Une surprise partagée par une partie de l'exécutif bruxellois qui s'étonne du timing choisi par Rudi Vervoort.