"Un parcours de Tintin " : voilà comment un chef d'entreprise a défini, il y a deux ans déjà, la carrière de Sandrine Swolfs (46 ans) lorsqu'elle lui a décrit son CV. Diplômée de Solvay, celle qui est aujourd'hui marketing & communications director de DKV Belgium a en effet cumulé les sociétés et les expériences au cours des 20 premières années de sa vie professionnelle. L'Office belge du commerce extérieur (OBCE) en 1994, Unilever en 1995, IBM en 2000, Mobistar en 2004, Danone en 2007... Si le CV de cette quadra dynamique n'est pas l'oeuvre d'Hergé, il se révèle toutefois riche en secteurs et produi...

"Un parcours de Tintin " : voilà comment un chef d'entreprise a défini, il y a deux ans déjà, la carrière de Sandrine Swolfs (46 ans) lorsqu'elle lui a décrit son CV. Diplômée de Solvay, celle qui est aujourd'hui marketing & communications director de DKV Belgium a en effet cumulé les sociétés et les expériences au cours des 20 premières années de sa vie professionnelle. L'Office belge du commerce extérieur (OBCE) en 1994, Unilever en 1995, IBM en 2000, Mobistar en 2004, Danone en 2007... Si le CV de cette quadra dynamique n'est pas l'oeuvre d'Hergé, il se révèle toutefois riche en secteurs et produits promotionnés. " C'est vrai que j'ai beaucoup travaillé pour le secteur FMCG (les produits de grande consommation, Ndlr) et j'ai passé sept ans dans des entreprises technologiques comme IBM et Mobistar qui m'ont donné le goût digital, précise Sandrine Swolfs, mais il y a malgré tout un fil rouge : c'est ma passion pour le marketing. C'est vraiment ce qui m'anime, ainsi que la possibilité d'entreprendre et d'innover. " En passant de Danone au spécialiste en assurances maladie privées DKV, Sandrine Swolfs estime aussi être dans une certaine continuité - " Je reste dans le domaine de la santé, sourit-elle, la boucle est bouclée ! " - si ce n'est qu'il n'y avait aucune équipe marketing lorsqu'elle a débarqué chez l'assureur en juillet 2015. " J'ai eu carte blanche de la part de la direction pour développer ma stratégie, poursuit-elle. A l'époque, la profitabilité était sous pression et la société n'était pas vraiment ancrée dans le digital. J'ai donc décidé de remettre le consommateur au coeur de l'organisation et de transformer DKV en une entreprise digitale pour qu'elle reste leader dans le secteur des soins de santé. " Aujourd'hui à la tête d'une équipe de 11 personnes qu'elle a elle-même constituée, Sandrine Swolfs a commencé par développer une nouvelle offre de produits davantage en phase avec les besoins de la clientèle, tout en repensant complètement le site internet de DKV avec la complicité de l'agence de stratégie digitale Mountain View. Objectif : développer un outil de simulation de prix qui permet, en fin de processus, de souscrire directement une assurance sans jamais avoir recours au papier. Autre nouveauté : une application mobile qui compte 140.000 utilisateurs aujourd'hui et qui en séduit 150 autres chaque jour. Si la " révolution " menée par la nouvelle marketing & communications director de DKV Belgium reste malgré tout classique par rapport aux usages dans le métier, elle a eu au moins le mérite de booster quelque peu le business de DKV Belgium, si l'on en croit Sandrine Swolfs. Mais les défis ne sont toutefois pas terminés : " Nous occupons toujours la position de leader, mais la concurrence est réelle, conclut la candidate au titre de Marketer de l'Année. Aujourd'hui, la plus grande menace vient des mutuelles qui connaissent très bien leurs membres et qui ont donc un sérieux avantage compétitif ". C'est donc sur ce front-là que se portera son prochain combat. F.B.