Lancé il y a sept ans, le SUV roumain est devenu un best-seller international vendu à plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde.
...

Lancé il y a sept ans, le SUV roumain est devenu un best-seller international vendu à plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde. Aujourd'hui, Dacia le fait monter en gamme sans le dénaturer. Des subtiles retouches esthétiques affirment sa personnalité : ceinture de caisse rehaussée, pare-brise plus incliné, proue et poupe au dessin plus horizontal. Mais c'est l'arrière qui évolue le plus avec des gros feux carrés façon Jeep Renegade. A l'intérieur, le Duster abandonne une insipide planche de bord proche des Logan pour un mobilier plus moderne avec une qualité perçue supérieure et un assemblage plus soigné. Les nouveaux sièges plus rembourrés et à l'assise allongée, maintiennent mieux le corps. La colonne de direction devient modulable en hauteur comme en profondeur. Bien vu, les touches d'accès direct sous un écran qui, heureusement, a été rehaussé de 8 cm ainsi que la nouvelle climatisation automatique. Une première chez Dacia, de même que les quatre caméras utiles au parking et en tout-terrain, la carte de démarrage mains libres, l'allumage des feux, l'avertisseur d'angles morts et les airbags latéraux. En revanche, pas de changements côté mécanique. Le moteur TCe de 125 ch nerveux, souple et onctueux, s'exprime sans mal, bien relayé par une boîte à six rapports correctement étagés. Les qualités routières du Duster, reconnues et préservées, s'accompagnent désormais d'un silence de marche et d'un confort accrus. Très bien amorti, pourvu d'une nouvelle direction électrique précise, il distille un agrément de conduite remarquable. Ce nouveau Duster reste celui qui en donne le plus pour son argent et, cerise sur le gâteau, n'a plus grand-chose à envier à ses rivaux plus huppés.