Tiger Woods, 41 ans, disputait, la semaine dernière, à San Diego, son premier tournoi officiel sur le PGA Tour depuis 17 mois. Le bilan est mitigé. Certes, l'ancien numéro un mondial a affiché de bonnes intentions mais il n'a pas réussi à passer le cut. " Il y a forcément de la déception. Mais, en même temps, je suis parfaitement conscient que le processus pour un retour au plus haut niveau sera long, confie le Tigre, soudain devenu philosophe. Je dois m'armer de patience. "
...

Tiger Woods, 41 ans, disputait, la semaine dernière, à San Diego, son premier tournoi officiel sur le PGA Tour depuis 17 mois. Le bilan est mitigé. Certes, l'ancien numéro un mondial a affiché de bonnes intentions mais il n'a pas réussi à passer le cut. " Il y a forcément de la déception. Mais, en même temps, je suis parfaitement conscient que le processus pour un retour au plus haut niveau sera long, confie le Tigre, soudain devenu philosophe. Je dois m'armer de patience. " Sur ce somptueux parcours de Torrey Pines, qu'il apprécie tant (il y a déjà remporté huit victoires, dont un US Open), l'ancien numéro un mondial espérait retrouver ses meilleures sensations. En rendant deux cartes moyennes (76 et 72), il n'a pas atteint ses objectifs. Avec seulement 50 % de drives sur le fairway et 55 % de greens touchés en régulation, il n'a jamais été dans la bonne dynamique. " C'est frustrant, reconnaît-il. Mais tout n'est pas négatif. J'ai l'impression d'avoir joué de mieux en mieux. Mon petit jeu était bien en place. Et, surtout, physiquement, mon dos a parfaitement tenu. C'est encourageant pour la suite. " En vérité, dans son for intérieur, Tiger Woods a déjà les yeux rivés sur le Masters d'Augusta qui se disputera début avril. C'est là qu'il veut frapper un grand coup et - pourquoi pas - remporter son 15e tournoi du Grand Chelem. Il est conscient que le chemin est encore très long. Mais, secrètement, il veut y croire. C'est dans sa mentalité. " Si je suis revenu sur le circuit, c'est pour gagner, avoue-t-il. Rien que pour gagner. " A Torrey Pines, pour combler les télés, il a partagé ses deux premiers tours avec Jason Day et Dustin Johnson, classés respectivement n°1 et n°3 au ranking mondial. Il n'a jamais été ridicule. Au contraire. Il a même titillé l'orgueil de D.J. sur certains drives ! Mais il n'a pas fait preuve de la régularité nécessaire, notamment dans le long jeu. Le premier jour, ses départs partaient quasiment systématiquement à droite (seulement quatre fairways touchés). A l'évidence, tous les réglages ne sont pas encore terminés. " Il a frappé quelques très belles balles, mais après il y a eu aussi pas mal de déchets, a constaté l'ancien champion Nick Faldo, traditionnellement très critique. Il n'est pas encore en pleine confiance et il cherche ses marques. Mais il est plutôt sur la bonne voie. " Cette semaine, en échange d'un chèque de bienvenue de 1,5 million de dollars, Tiger Woods participe à l'Omega Dubai Desert Classic sur le parcours de l'Emirates GC. Il y passera un nouveau test grandeur nature sous le regard attentif de toute la famille du golf. Grâce à sa seule présence, les audiences du tournoi de San Diego ont grimpé en flèche à la télé américaine. La magie du " Tigre " opère toujours ! MIGUEL TASSO