Sur le papier, le parcours d'Erin Hills lui convenait plutôt bien. Mais, à l'arrivée, Thomas Pieters n'y a jamais trouvé ses marques. Après avoir loupé son premier tour (4 bogeys et pas le moind...

Sur le papier, le parcours d'Erin Hills lui convenait plutôt bien. Mais, à l'arrivée, Thomas Pieters n'y a jamais trouvé ses marques. Après avoir loupé son premier tour (4 bogeys et pas le moindre birdie), le joueur anversois s'est plutôt bien repris le lendemain avec une carte de 71 (-1) mais ce ne fut pas suffisant pour passer l'écueil du cut. Il s'agit, bien sûr, d'une petite déception. Fort de ses bons résultats de début de saison - et notamment de sa quatrième place au masters -, Thomas Pieters espérait réussir une belle performance pour son premier US Open. Mais trop irrégulier (61 % de greens touchés en régulation et une moyenne de 1,75 putt par trou), il n'a jamais pu se hisser en haut du leaderboard. C'est le métier qui rentre ! Dans les prochaines semaines, le champion belge va se concentrer sur les tournois européens avec, au menu, l'Open de France au Golf National, l'Open d'Irlande à Londonderry et, bien sûr, le British Open au Royal Birkdale.