Il est bien trop tôt, bien sûr, pour évoquer la sélection européenne de la prochaine Ryder Cup qui se disputera à Rome en septembre 2023. Mais il est clair que Thomas Pieters frappe déjà solidement à la porte du capitaine Henrik Stenson. Après avoir remporté le Abu Dhabi Championship en janvier, le champion anversois a terminé deuxième du BMW International Open de Munich, battu en playoff par le Chinois Li Haotong. Il affiche surtout un niveau de jeu très élevé qui se traduit pleinement dans les rankings....

Il est bien trop tôt, bien sûr, pour évoquer la sélection européenne de la prochaine Ryder Cup qui se disputera à Rome en septembre 2023. Mais il est clair que Thomas Pieters frappe déjà solidement à la porte du capitaine Henrik Stenson. Après avoir remporté le Abu Dhabi Championship en janvier, le champion anversois a terminé deuxième du BMW International Open de Munich, battu en playoff par le Chinois Li Haotong. Il affiche surtout un niveau de jeu très élevé qui se traduit pleinement dans les rankings. A nouveau membre du top 30 mondial, Thomas Pieters pointe désormais à la quatrième place de la Race to Dubai derrière Will Zalatoris, Rory McIlroy et Matthew Fitzpatrick, rien que ça! Aux yeux de tous les observateurs avisés, le joueur est en passe de retrouver son état de forme de sa période 2015-2017 où il collectionnait les victoires et les places d'honneur."Son jeu est bien en place à tous les niveaux. Et en prime, il gère beaucoup mieux ses émotions. Il ne s'énerve plus après un mauvais coup et est bien mieux structuré à la fois techniquement et mentalement. Il est devenu plus patient et stratège", résume son coach Jérôme Theunis, très optimiste pour la suite de la saison.Après sa victoire à Abou Dhabi, "T.P." avait connu quelques désillusions, notamment lors de la tournée américaine qui n'a pas répondu à ses ambitions. Il avait notamment manqué les cuts lors du Players Championship et du Masters d'Augusta. Mais il n'a jamais douté et est toujours resté fidèle à son plan de jeu. C'est le signe d'un joueur bien dans sa peau et dans son swing. Et on sait que lorsqu'il joue en confiance, Thomas Pieters fait partie des meilleurs joueurs du monde, capable de remporter n'importe quel tournoi. Certes, il ne masquait pas une légitime déception après sa deuxième place à Munich. Il se voyait déjà soulevant le septième trophée de sa carrière sur le circuit européen. C'est en effet sur un putt totalement improbable d'une douzaine de mètres que Li a arraché le titre lors du premier trou de playoff. Mais la façon dont il est revenu à la hauteur du Chinois lors du dernier tour et son score de 22 sous le par, avec seulement 5 bogeys en 72 trous, en disent long sur sa forme du moment. Tout au long des quatre tours, il a affiché de très bonnes sensations à tous les niveaux. Son body language a toujours été positif. Voilà qui est encourageant alors que se profilent deux des plus grands rendez-vous de l'année: le Scottish Open (7-11 juillet) et, surtout, le British Open (14 au 17 juillet) sur le Old Course de St Andrews.